Immobilier : Axa tente la SCPI en ligne

Mots-clefs : , , ,

Axa France et sa filiale Drouot Estate cherchent à moderniser l’expérience client et la gestion des fonds d’investissement en immobilier locatif en lançant MyShareSCPI.

Un véritable « fonds immobilier en ligne » ? Pas totalement. Si MyShareSCPI intègre les « nouvelles technologies » sur de nombreux aspects de gestion, ce placement reste un produit distribué par Axa France, et donc à souscrire auprès d’un conseiller. Les clients pourront tout de même éviter la paperasse avec la signature électronique, en agence Axa ou chez eux en cas de rendez-vous au domicile du client. Côté investisseur, la dématérialisation se traduira aussi par des assemblées générales et autres documents de reporting en version numérique.

Mais c’est surtout sur la gestion immobilière que MyShareSCPI se veut novateur : cette SCPI se base sur un « modèle prédictif », à la fois pour sa gestion locative que pour sa politique d’investissement. Sur la gestion locative, ce modèle prédictif doit permettre d’anticiper les carences locatives ou les travaux à réaliser. Sur la politique d’investissement, il doit permettre aux gérants d’identifier plus aisément les localisations les plus pertinentes. A l’image de nombreuses SCPI, les investissements seront diversifiés : bureaux, commerces, résidences gérées, dans le neuf ou comme dans l’ancien, en France et en Europe. L’idée est d’intégrer cette aide automatique à la décision pour optimiser la gestion et donc les rendements potentiels de ce fonds immobilier.

Dans le communiqué, Sophie Sosamrith, directeur d’Axa Drouot Estate, ajoute : « MyShareSCPI (…) développe notamment une approche nouvelle de la prise de frais, en ne les retenant sur les cessions d’immeubles que lorsque celles- ci sont en plus-value, et sur les travaux, lorsque ceux-ci dépassent 250 000 euros et nécessitent le dépôt d’un permis. » Ouverte à la souscription depuis le 16 mars, MyShareSCPI affiche un prix de 180 euros la part, avec un minimum de 278 parts, soit un peu plus de 50 000 euros.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article