JO de Rio : l’Afrique du Sud remporte l’Or pour des inégalités Hommes – Femmes moins marquées

Mots-clefs : , , , , , , , ,

JO de Rio : l’Afrique du Sud remporte l’Or pour des inégalités Hommes – Femmes moins marquées

Si une croissance forte est une caractéristique des économies des BRICS, elle s’est aussi accompagnée d’une forte hausse des inégalités. L’inégalité des sexes en est une composante dont le Forum économique mondial mesure l’évolution à l’aide du Global Gender Gap Index. Sur ce terrain, l’Inde et la Chine sont exclues du podium.

JO de Rio : l’Afrique du Sud remporte l’Or pour des inégalités Hommes – Femmes moins marquées

L’acronyme « BRICS », apparu en 2001, désigne un groupe de cinq pays qui font partie des économies dites émergentes : le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et enfin l’Afrique du Sud qui les a rejoint en 2010. Si ces économies possèdent chacune des caractéristiques particulières, ces cinq pays ont connu depuis 20 ans une ascension fulgurante dans l’économie mondiale.

En 2015, parmi les BRICS, l’Afrique du Sud est le pays où l’inégalité de genre est la moins forte avec un score de 0,76 sur une échelle de 0 à 1. Plus l’indice se rapproche de 1, moins on constate d’inégalité. Ainsi, sur 145 pays notés, l’Afrique du Sud est 17e. Cependant,  sur le plan économique l’écart reste large, les femmes gagnent en moyenne 40 % de moins que les hommes et n’occupent que rarement des postes à responsabilités.

En deuxième du classement, la Russie occupe seulement la 75eme place. C’est sur le plan politique, soit la représentation dans les structures décisionnaires, que les inégalités entre hommes et femmes sont les plus fortes en Russie. En effet, selon ce critère, le pays est 128e sur 145. Parmi les BRICS, il n’y a qu’en Inde où l’écart est encore plus important.

La réduction des inégalités de genre a été la plus forte au Brésil. Le pays est 85e sur 145 avec un score en 2015 de 0,69. L’évolution de la place des femmes en politique l’illustre bien, entre les deux mandats de la présidente Dilma Rousseff (élue pour la première fois en 2010, mandat suspendu en mai 2016 suite à un vote du Sénat) et l’augmentation du nombre de femmes occupant un poste ministériel qui est passé de 7 % à 15 % durant cette période.

La Chine (91e) et surtout l’Inde (108e) enregistrent les plus mauvais scores. Sur les plans économiques, politiques et d’accès à l’éducation, les inégalités hommes – femmes sont les plus fortes, notamment en Inde. De plus, ce sont deux pays où le phénomène des « femmes manquantes », soit la préférence pour les fils à la naissance, est très présent. Selon l’indicateur du ratio des sexes à la naissance, la Chine est dernière au classement alors que l’Inde occupe la 143e place.

A titre de comparaison, le pays où l’inégalité entre les genres est la plus faible est l’Islande avec un score de 0,88. La France est, quant à elle, seulement 15e au classement avec un score de 0,76.

La finance pour tous

Partager cet article