La BCE prête avec largesse aux banques de la zone euro

Mots-clefs : , , , ,


1073-Europe-C.jpgLe début de la fin ? Alors que la zone euro se trouve en pleine tempête financière, la
Banque centrale européenne (BCE) vient d’indiquer sur son site internet    avoir prêté plus de 400 milliards d’euros  à  plusieurs de  ses établissements financiers.

Mais jusqu’à quand  la BCE pourra-t-elle jouer le Père Noël ?

 La BCE a ainsi alloué mercredi 489,191 milliards d’euros à 523 banques de la zone euro lors d’une opération inédite de prêt à trois ans.


Une somme  supérieure  aux  442,24 milliards d’euros que la Banque centrale européenne avait accordés lors de sa première opération à un an en juin 2009, le montant constituant  alors d’ores et déjà un niveau record.

La somme  de 489,191 milliards d’euros se situe à la limite haut de la fourchette large comprise entre 100 milliards et 500 milliards d’euros  à laquelle  s’attendaient les analystes.

Le montant est également largement supérieur aux 310 milliards d’euros anticipés par les traders interrogés par Reuters dans un enquête publiée quelques heures avant l’information fournie par  la BCE.

Principales raisons de telles mesures : l’institution européenne s’inquiète de voir les banques de la zone euro tomber à court de liquidités. Les prêts à long terme accordés sont ainsi destinés à aider les états à se refinancer, les marchés montrant une certaine défiance à leur égard.

Objectif ultime : permettre aux établissements financiers à  prêter à leur tour  aux entreprises et aux ménages en vue de soutenir la croissance.

Mais selon certains experts, il n’est pas sûr  que  les banques utilisent l’argent emprunté pour accorder des crédits et encore moins acheter des obligations d’Etats, compte-tenu du contexte actuelle en zone euro et tout particulièrement en Grèce.

Ils rappellent ainsi  que les établissements doivent en tout premier lieu rassurer sur l’état de leurs finances  alors qu’elles doivent   augmenter fortement leurs fonds propres pour faire face à la crise, et  que des échéances importantes devront être remboursées en 2012.

Certes,  cette  annonce aura permis d’accéléré la hausse des Bourses observée  ce matin, les investisseurs ayant parié sur la réussite de l’opération et anticipé le résultat. En suivant, l’euro atteignait un pic de 1,3169 dollar.

Toutefois, l’opération pourrait être l’arbre qui  – tente – de cacher la forêt des problèmes, certains économistes  considérant pour leur part qu’elle  est loin de constituer une solution pérenne  pour  résoudre la crise de la dette.

Sources : AFP, Reuters, l’Echo.be

 

Le Blog Finance

Partager cet article