La Bourse de Paris attendue en légère baisse

Mots-clefs : , , , ,

La Bourse de Paris est attendue en légère baisse mercredi à l’ouverture, dans le sillage de Wall Street, toujours concentrée sur les espoirs de reprise économique pour 2021.

Le contrat à terme sur l’indice CAC 40 reculait de 0,18% une quarantaine de minutes avant l’ouverture de la séance. La veille, il avait progressé de 0,42% à 5.611,79 points.

La Bourse de New York a terminé en légère baisse mardi, alors qu’elle avait ouvert sur de nouveaux records : le Dow Jones a perdu 0,22%, tout comme le S&P 500, tandis que le Nasdaq, à coloration technologique, a lâché 0,38%.

Portés par l’espoir d’un versement de 2.000 dollars aux ménages américains, au lieu de 600 dollars prévus dans la loi sur le plan de relance, les investisseurs ont été refroidis par le leader de la majorité républicaine du Sénat Mitch McConnell, qui a rejeté un tel projet dans l’immédiat.

La tendance s’est aussi répercutée en Asie, où la Bourse de Tokyo a terminé sa dernière séance de 2020 en repli de 0,45%. Sur l’année, l’indice vedette Nikkei réalise un bond de 16%.

Les marchés sont toujours tournés vers l’avenir et la vaccination à grande échelle, qui permet d’espérer un retour à la normale sanitaire et économique.

Le vaccin conçu par le groupe britannique AstraZeneca avec l’université d’Oxford a été approuvé mercredi par l’agence britannique du médicament. Relativement peu coûteux, il est plus aisé à conserver, ce qui facilite une vaccination à grande échelle.

Le laboratoire chinois Sinopharm a annoncé mercredi que l’un de ses vaccins contre le Covid-19 était efficace à 79%. Le chiffre, inférieur à ceux revendiqués par ses concurrents, est le premier donné par un groupe pharmaceutique chinois, bien que plus d’un million de personnes ont déjà été vaccinées dans le pays.

De son côté, l’Union européenne a exercé une option d’achat de 100 millions de doses supplémentaires pour 2021 auprès des laboratoires BioNTech et Pfizer, soit un total de 300 millions de doses.

Ces espoirs permettent de passer outre la situation à court terme, plus inquiétante : en Europe, l’Allemagne a enregistré mardi plus de 1.000 décès liés au Covid-19 en 24 heures pour la première fois depuis le début de la pandémie. En France, des départements de l’Est pourraient faire l’objet d’un couvre-feu avancé, dès 18 heures, à partir du 2 janvier, a prévenu le ministre de la Santé.

Les parlementaires britanniques doivent se prononcer dans l’après-midi sur l’accord commercial post-Brexit, trouvé le 24 décembre par l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Parmi les valeurs à suivre mercredi

Secteur bancaire : les conseils d’administration Unicaja et de Liberbank ont approuvé mardi la fusion des deux banques espagnoles, un rapprochement qui doit créer le cinquième institut de crédit du pays.

Actualité économique sur moneyvox.fr

Partager cet article