La Bourse de Paris opte pour la prudence dans un environnement incertain (-0,10%)

Mots-clefs : , , , , , , , ,

La Bourse de Paris évoluait proche de l’équilibre mercredi matin (-0,10%), la prudence restant de mise face à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses partenaires.

A 09H35 (07H35 GMT), l’indice CAC 40 perdait 5,34 points à 5.275,95 points. La veille, il avait fini stable (-0,05%) à 5.281,29 points.

Les investisseurs vont continuer à surveiller de près le conflit commercial opposant Washington à Pékin et à Bruxelles.

« Avant une fin de semaine et de mois riches en enjeux (…) les investisseurs n’ont pas franchement d’arguments pour se mettre à l’achat », ont indiqué de leur côté les stratégistes du courtier Aurel BGC.

« L’environnement sera peut-être moins anxiogène dans quelques jours, mais dans l’immédiat, le momentum plaide en faveur de la poursuite de la baisse », ont-ils estimé.

L’administration Trump pourrait faire grimper d’un cran les tensions commerciales avec la Chine avec la publication prévue en fin de semaine d’un rapport du gouvernement sur d’éventuelles restrictions aux investissements chinois sur le territoire américain.

Selon la presse, ces restrictions, qui pourraient être annoncées le 29 juin, visent d’une part à empêcher des entreprises chinoises d’acquérir des entreprises américaines versées dans les technologies. D’autres mesures pourraient aussi bloquer de nouvelles exportations technologiques vers la Chine.

Par ailleurs, l’administration Trump a critiqué de façon virulente l’Union européenne mardi soir pour ses représailles tarifaires et dénoncé l’utilisation « hypocrite » et « faussée » des règles de l’OMC par « les Européens et ceux qui les suivent », comme la Chine.

« Il reste encore beaucoup d’incertitude par rapport à la prochaine étape de ce qui ressemble à une politique commerciale américaine incohérente », a relevé de son côté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

« Etant donné l’incertitude actuelle, les investisseurs semblent saisir l’opportunité d’adopter une première approche plus sécuritaire pour ajuster leur portefeuille tandis que nous nous approchons de la fin de mois, du trimestre et du semestre », a-t-il ajouté.

Secteur pétrolier bien orienté

Du côté des indicateurs, en zone euro, l’évolution des crédits au secteur privé ainsi que la masse monétaire M3 sont attendues.

En France, la confiance des ménages s’est dégradée en juin pour atteindre son plus bas niveau depuis août 2016, en raison d’un regain de pessimisme sur le contexte économique en France, selon l’Insee.

Aux Etats-Unis, les commandes de biens durables en mai, les promesses de vente de logements du même mois ainsi que le niveau hebdomadaire des stocks de pétrole figurent au programme.

En matière de valeurs, Vinci perdait 0,51% à 82,18 euros. Le contrat de concession de l’aéroport de Nantes-Atlantique signé entre l’Etat et Vinci va être résilié à la suite de l’abandon du projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a annoncé le ministère des Transports.

Le secteur pétrolier profitait de la hausse du prix du baril après l’avertissement de Washington demandant aux autres pays de cesser d’importer du brut iranien. Technip FMC prenait 3,14% à 27,25 euros, Total 1,38% à 52,19 euros, Vallourec 3,25% à 5,09 euros et GTT 0,96% à 52,65 euros.

Orchestra-Prémaman reculait de 2,97% à 1,47 euros, après être parvenu à un accord avec ses créanciers en vue de restructurer son endettement.

Elior lâchait 6,61% à 12,00 euros après avoir vu sa recommandation dégradée par Crédit Suisse.

De même, Rubis reculait de 1,70% à 55,05 euros, après avoir vu la sienne dégradée par Berenberg.

A l’inverse, Eurofins profitait (+3,41% à 466,80 euros) d’un relèvement de sa recommandation par Jefferies, au lendemain de l’annonce de son relèvement d’objectifs de chiffre d’affaires pour les trois prochains années.

De son côté, Imerys bénéficiait (+5,25% à 70,20 euros) d’un relèvement de la sienne par Exane BNP Paribas.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article