L'amélioration en profondeur de l'emploi en France prendra deux ans (Le Maire)

Mots-clefs : , , , , , ,

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a estimé qu’il faudra deux ans pour obtenir une amélioration en profondeur de l’emploi en France, et proposé une baisse des charges au-delà de 2,5 Smic.

« Je pense qu’il faudra au moins deux ans pour avoir une amélioration en profondeur de l’emploi dans notre pays », a-t-il déclaré dimanche lors de l’émission « Le Grand Rendez-vous » d’Europe 1/Les Echos/Cnews.

« C’est vrai qu’il y a eu au cours du dernier mois une nouvelle augmentation du chômage », a-t-il reconnu, mais selon lui, « les signaux sont encourageants (et) la transformation en profondeur viendra d’ici deux ans ».

Selon lui, une baisse des charges salariales au-delà de 2,5 Smic pourrait aider à renforcer la compétitivité de l’industrie en France.

« Je crois qu’il faut maintenant que nous réfléchissions à un allègement de charges au-dessus de 2,5 Smic pour nos entreprises industrielles qui veulent exporter », a-t-il estimé. Il a jugé ceci nécessaire face à un déficit commercial qui continue de se creuser et face aux 1,4 million d’emplois industriels perdus en France ces 25 dernières années.

« Il faut innover plus, investir plus, et se poser la question du coût du travail sur les salariés plus qualifiés », a-t-il ajouté. « C’est un choix que je fais d’ouvrir le débat, je ne dis pas que la décision est prise », a-t-il poursuivi, en précisant que cela ne pourrait pas se faire dès 2018.

« Ce sont des décisions qui seront prises par le Premier ministre (Edouard Philippe) et le président de la République (Emmanuel Macron) », a-t-il souligné.

Bruno Le Maire a également insisté sur la nécessité d’investir dans l’innovation, notamment afin de permettre à l’Europe de rester dans la course à l’espace face aux concurrents américains et chinois. Dans ce secteur, Arianespace fait face à la concurrence de l’Américain SpaceX, qui recourt à des lanceurs réutilisables pour réduire les coûts de lancements des satellites.

« Je souhaite que l’on continue à investir dans l’innovation, que l’on réfléchisse à une stratégie en matière de lanceurs récupérables au niveau européen », a déclaré Bruno Le Maire, en soulignant le succès d’Arianespace.

Mais selon lui, « si on veut que l’Europe et la France restent dans la course de l’innovation, qui crée ensuite des emplois, de la prospérité pour tout le monde, il faut investir massivement dans l’innovation. »

Il a cité la décision de sanctuariser le Crédit impôt recherche (CIR), qui « est une façon de rester dans la course pour l’innovation », et le fonds pour l’innovation de rupture qui sera créé début 2018 avec 10 milliards d’euros grâce à des cessions de participations publiques.

« Ce fonds pour l’innovation de rupture doit être la préfiguration d’un fonds européen pour l’innovation de rupture, tout simplement pour que l’Europe reste dans l’histoire », a estimé Bruno Le Maire.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article