L’Arabie saoudite projette une IPO d’Aramco pour 2018

Mots-clefs : , , , , ,

L’Arabie saoudite met les bouchées doubles pour assurer sa stabilité financière, signe peut-être que quoiqu’en disent ses gouvernants, la situation du pays n’est pas aussi florissante qu’ils le voudraient.

Alors que la Banque centrale saoudienne a annoncé dimanche qu’elle allait déposer environ 20 milliards de riyals (4,75 milliards d’euros) dans les banques commerciales et lancer de nouveaux instruments sur le marché monétaire, le patron du géant pétrolier saoudien Aramco, Amine Nasser, a indiqué lundi qu’il avait fixé comme objectif pour l’entreprise de réaliser une introduction en Bourse en 2018. L’opération constitue une petite révolution alors que le groupe public assure la totalité de la production de brut saoudienne. La société devrait être cotée sur le marché boursier saoudien, Tadawul, et pourrait être introduite à l’étranger, en fonction des études en cours.

Aramco se situe au cœur du plan dénommé « Vision 2030″ présenté en avril dernier par l’Arabie saoudite pour diversifier son économie et assurer sa transition d’une économie basée presque entièrement sur le pétrole (les trois quarts des revenus du gouvernement proviennent du secteur qui représente 84 % du PIB). Le projet
prévoit la cession de 5% d’Aramco en vue de constituer un fonds souverain de quelque 2.000 milliards de dollars.

Actuelle propriété de l’Etat saoudien, Aramco est la plus grande compagnie pétrolière au monde, disposant de réserves d’environ 265 milliards de barils, soit plus de 15 % des réserves mondiales. En cas d’introduction en Bourse, elle pourrait devenir la première entreprise valorisée 1 000 milliards de dollars (920 milliards d’euros) ou plus, selon des analystes.

Sources : AFP, Reuters, Le Monde

Elisabeth Studer – 26 septembre 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Arabie saoudite : l’Etat soutient la stabilité financière en perfusant les banques

Arabie saoudite / Ali al-Nouaïmi, ministre du pétrole limogé : effet boomerang de la guerre du baril ?

Le Blog Finance

Partager cet article