Le cours de l’or plombé par une baisse de la demande chinoise

Mots-clefs : , , , , ,

Le cours de l’or aura particulièrement chuté durant la semaine qui vient de s’écouler, la baisse de la demande chinoise plombant les prix.

Vendredi, l’once de métal jaune est même tombé à 1242,33 dollars, ce qui correspond à son plus bas niveau en près de quatre mois.
Au final, sur le London Bullion Market, l’once d’or aura terminé à 1250,50 dollars vendredi au fixing du soir, contre 1291,50 dollars le vendredi précédent.

Si les analystes observent pour leur part le manque de robustesse de la demande physique d’or ces derniers temps,  les derniers chiffres en provenance de Hong Kong indiquent que les exportations vers la Chine continentale ont nettement baissé en avril. Les experts de Commerzbank estiment quant à eux qu’en l’absence de rebond de la demande physique asiatique, la tendance devrait se maintenir à la baisse. Face à un tel contexte, les opérateurs devront se montrer vigilants sur la situation du marché en Chine et en Inde, les deux pays les plus importants au monde en terme de demande.

Rappelons que l’année 2013 aura été une année horribilis pour le cours de l’or , les prix du précieux métal enregistrant une chute vertigineuse de 27 % et une première baisse annuelle depuis l’année 2000.

En ce qui concerne les perspectives du cours de l’or pour l’année 2014, début janvier, les avis étaient partagés. Les analystes de Commerzbank tablaient ainsi pour leur part sur une hausse des prix de l’once d’or cette année, s’attendant à des cours avoisinant 1400 dollars. Raisons invoquées : le maintien de politiques monétaires favorisant l’or. Les économistes de Barclays considèrent quant à eux qu’une baisse des cours s’avère plus probable, arguant notamment de la faiblesse de la demande indienne pour l’or.

En septembre dernier, après avoir indiqué que les opérations de rachat d’or avaient nettement régressé ces derniers mois, phénomène qui n’avait pas été observé depuis 10 ans, GFMS, le célèbre consultant spécialisé dans les métaux précieux avait d’ores et déjà tablé sur un maintien de la chute des cours en 2014. Arguments invoqués par GFMS : la stabilisation de l’économie mondiale. Il est vrai que la flambée des prix de l’once d’or observée en 2011 et 2012 était due en grande partie par l’attrait des investisseurs pour les métaux précieux en cette période de crise, ces derniers bénéficiant alors de leur qualité de valeur refuge.

Sources : AFP, Commerzbank

Elisabeth Studer – 31 mai 2014 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article