Le cours du pétrole plombé par une offre pléthorique

Mots-clefs : , , , ,

Le prix du baril a poursuivi la baisse observée déjà depuis quelques jours, plombé – ironie du sort ou cynisme des marchés – par la chute des tensions géopolitiques entourant la Syrie. Les marchés considérant semble-t-il que la résolution des Nations Unis devrait éloigner la menace de frappes militaires contre l’Etat syrien. Lesquelles avaient fait s’envoler les cours à leur plus haut niveau en deux ans à la fin du mois d’août.
Une tendance accrue par une offre abondante en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. La production pétrolière de pays comme l’Irak, la Libye et le Soudan du Sud retrouvant leur vigueur.

Ainsi, vers 16H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 108,05 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, chutant de 11 cents par rapport à sa valeur de clôture de lundi.
Parallèlement, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 75 cents, à 102,84 dollars, après avoir chuté en début d’après-midi à 102,30 dollar, ce qui correspond à son plus bas depuis le 8 août dernier. C’est désormais le 4ème jour consécutif de baisse pour le WTI.

Autre élément notable : l’annonce faite mardi par l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial, laquelle a indiqué qu’elle était prête à compenser tout manque sur les marchés.

Des espoirs de dialogue entre les pays occidentaux et l’Iran laissent quant à eux augurer d’une possible levée de l’embargo sur les exportations pétrolières iraniennes.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 24 septembre 2013


Le Blog Finance

Partager cet article