Le Zimbabwe lance sa propre monnaie

Mots-clefs : , , ,

Alors que l’éventualité d’une création d’une monnaie unique africaine avait provoqué moult réactions, le Zimbabwe vient quant à lui de lancer sa propre monnaie. Une décision prise pour pallier des problèmes de liquidités, le pays étant à court de dollars.

Les autorités zimbabwéenne ont ainsi lancé lundi les premiers «billets d’obligation » ou « bond note » la dénomination officielle de cette monnaie. Les billets de 2 et 5 dollars imprimés par la Banque centrale ont fait leur apparition dans les rues de la capitale Harare, pour une valeur totale initiale de 10 millions de dollars. Selon les autorités zimbabwéennes, la quantité de « billets d’obligation » sera limitée pour éviter d’inonder le marché.

D’après le gouverneur de la banque centrale, John Mangudya, l’équivalent de 75 millions de dollars doivent être émis sous forme de billets d’obligation  d’ici la fin de l’année.

Pour rappel, en 2009, le gouvernement de Harare avait adopté le dollar américain et le rand sud-africain, après une hausse des prix qui a atteint jusqu’à 500 milliards %, faisant perdre toute sa valeur au dollar zimbabwéen. Si le « billet d’obligation » vaut 1 dollar américain, son arrivée suscite la crainte d’un retour au dollar local.

En mai dernier, l’opposition zimbabwéenne avait condamné la décision du gouvernement d’imprimer des billets indexés sur le cours du dollar américain pour pallier le manque de liquidités, qualifiant cette initiative de “folie” et pointant le risque d’un retour de l’hyperinflation.

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le principal parti d’opposition du Zimbabwé avait estimé que “l’impression de ces billets d’obligation » allait « sonner le glas » de l’économie nationale. « Les Zimbabwéens ont déjà emprunté ce chemin par le passé. Ils n’ont pas oublié les jours sombres où ils étaient de pauvres multimilliardaires”.

Près de quatre millions de Zimbabwéens sont aux aujourd’hui en proie à la famine et dans le besoin d’une aide d’urgence à cause notamment de la sécheresse qui frappe le pays.

Sources : Koaci , BBC News, Le Monde

Elisabeth Studer – 2 décembre 2016 – www.leblogfinance.com

Le Blog Finance

Partager cet article