Les parcs de loisirs préparent Halloween sans paniquer

Mots-clefs : , , , , ,

Pour cette saison 2020 d’Halloween, le Parc Astérix annonce la couleur sur ses affiches : « Peur sur le parc ! » Bien vu. Jamais la peur n’aura été aussi palpable dans le village gaulois… celle du Covid-19 bien sûr.

Les spectacles en salles et défilés ont été annulés ; les selfies avec des personnages, bannis ; la capacité d’accueil, limitée ; les visiteurs masqués priés de garder leurs distances ; et les employés du parc procéderont régulièrement à la désinfection des sièges et poignées. “Nous avons déjà fait la preuve de notre capacité d’adaptation cet été, où les visiteurs sont venus malgré un contexte difficile, explique François Fassier, directeur des parcs de loisirs à la Compagnie des Alpes. Nous mettons tout en œuvre pour ne pas rater cette période d’Halloween, cruciale pour nos résultats.”

Le champion français des loisirs (Astérix, Futuroscope, Grévin, Wali-bi), coté en Bourse, doit dévoiler cette semaine un chiffre d’affaires trimestriel que les analystes estiment en net retrait. Pendant l’été, les entrées étaient en recul de 25 % au parc Astérix. Une baisse moins dramatique qu’ailleurs, car ce parc situé à 30 kilomètres de Paris attire une clientèle plutôt française. Le …

rc Astérix annonce la couleur sur ses affiches : « Peur sur le parc ! » Bien vu. Jamais la peur n’aura été aussi palpable dans le village gaulois… celle du Covid-19 bien sûr.

Les spectacles en salles et défilés ont été annulés ; les selfies avec des personnages, bannis ; la capacité d’accueil, limitée ; les visiteurs masqués priés de garder leurs distances ; et les employés du parc procéderont régulièrement à la désinfection des sièges et poignées. “Nous avons déjà fait la preuve de notre capacité d’adaptation cet été, où les visiteurs sont venus malgré un contexte difficile, explique François Fassier, directeur des parcs de loisirs à la Compagnie des Alpes. Nous mettons tout en œuvre pour ne pas rater cette période d’Halloween, cruciale pour nos résultats.”

Le champion français des loisirs (Astérix, Futuroscope, Grévin, Wali-bi), coté en Bourse, doit dévoiler cette semaine un chiffre d’affaires trimestriel que les analystes estiment en net retrait. Pendant l’été, les entrées étaient en recul de 25 % au parc Astérix. Une baisse moins dramatique qu’ailleurs, car ce parc situé à 30 kilomètres de Paris attire une clientèle plutôt française. Le frisson, lui, est un bon filon. Halloween permet aux parcs d’attirer un public qui vient peu le reste de l’année : les jeunes adultes. Avec jusqu’à 30 000 visiteurs par jour en 2019, c’est la période la plus dynamique pour Astérix.

Problème des files d’attente

Pas question non plus de rater ce rendez-vous à Disneyland, où Halloween talonne la période de Noël pour le chiffre d’affaires. D’autant qu’avec son Manoir hanté (Phantom Manor) et une copieuse galerie de personnages méchants de toute sorte, la franchise américaine dispose de sérieux atouts dans cette période. Outre les mesures d’hygiène et de sécurité optimales, le leader des parcs européens s’efforce d’optimiser ses files d’attente en lançant l’appli Standby Pass, qui géolocalise le client et lui propose un rendez-vous dans l’une des attractions proches de lui, sans attente. Un progrès pour la prévention contre le virus mais aussi pour le tiroir-caisse.

Quand la fréquentation se fait rare, le problème des files d’attente est d’ailleurs tout aussi crucial que lorsque le parc est rempli. Il s’agit de permettre aux clients de passer plus de temps dans les boutiques et les restaurants, pour compenser en partie le manque à gagner sur les entrées. La stratégie est quasi la même pour Europa Park, situé en Allemagne, à côté de Strasbourg. La famille Mack, qui en est propriétaire, a lourdement investi dans les manèges et animations pour jeunes adultes. Mais la peur est ici à son comble, car l’Alsace limitrophe fait partie des régions françaises les plus touchées par la pandémie de Covid-19.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article