L’optimisme de Tesla vu comme une fraude pour ses actionnaires

Mots-clefs : , , , , ,

L’optimisme de Tesla vu comme une fraude pour ses actionnaires

Tesla vient de demander fin mai au tribunal de rejeter une action en justice intentée par des actionnaires concernant des fraudes sur valeurs mobilières (comprenez des malversations susceptibles d’influer sur les cours des actions de la société).

Les actionnaires de Tesla s’estiment trompés par Elon Musk

Certains possesseurs de titres de la société Tesla estiment en effet que le constructeur de véhicules électriques a émis publiquement de fausses déclarations sur les supposés progrès de la production de sa nouvelle berline, la Model 3.

La poursuite, intentée en octobre 2017 vise à obtenir le statut de recours collectif pour les actionnaires ayant acquis des actions de Tesla entre le 4 mai 2016 et le 6 octobre 2017. La plainte affirme que les actionnaires ont acheté des actions “gonflées artificiellement”, Musk et d’autres cadres de l’entreprise les ayant induits en erreur via leurs déclarations.

Les plaignants reprochent également à Tesla d’avoir fait de telles déclarations durant les travaux préparatoires et les premières opérations de production de la Model 3, en omettant d’indiquer que la compagnie était «terriblement mal préparée» pour produire un tel véhicule.

Des déclarations franches et sincères selon Tesla

Dans le cadre d’un procès devant un tribunal fédéral à San Francisco, Tesla a déclaré que ses déclarations sur les défis auxquels la société était confrontée avec la production de la Model 3 étaient “franches et en langage clair”, y compris les affirmations réitérées à ce sujet par le PDG de Tesla, Elon Musk. Le constructeur estime ainsi n’avoir pas cherché à cacher la vérité, et souhaite ainsi rejeter la motion.

Tesla concède certes que la production de la Model 3 a connu de nombreux goulets d’étranglement, dus – selon le constructeur – au processus de fabrication du module de batterie Tesla. Lequel s’étend de la giga-factory implantée au Nevada jusqu’à l’assemblage général à l’usine de Fremont, en Californie.

La société a également tenu à rappeler à la cour que la ligne de production de la Model 3 était “la première de son genre”, laissant ainsi entendre que les difficultés rencontrées après son démarrage étaient fort compréhensibles dans un tel contexte novateur.

Tesla dans le collimateur des financiers

Ce différent judiciaire entre Tesla et ses actionnaires intervient alors que le constructeur demeure sous pression pour livrer le modèle 3 conformément aux attentes … des consommateurs et clients … mais également des marchés. La société doit impérativement générer des revenus et surtout rentrer de la trésorerie pour pouvoir faire face aux dépenses massives opérées … mettant les finances de Tesla dans le rouge.

Tesla a fait état de ses premières difficultés de production au cours du troisième trimestre de 2017, n’ayant pu alors atteindre ses objectifs.

Le constructeur ajoute que ses affirmations selon lesquelles sa production de la Model 3 était “en bonne voie” – informations considérées comme erronées par les plaignants – émises en mai et en août 2017, ont vu le jour avant que les problèmes de production ne commencent à faire surface.

Tesla ajoute par ailleurs avoir agi en toute bonne foi durant toutes les étapes de réalisation de son programme liée à la Model 3. Citant son investissement de 4 milliards de dollars, la construction de son usine de batteries (Gigafactory) et les massifs équipements commandés.

Sources : Automotive News, Reuters

Elisabeth Studer, le 3 juin 2018, www.leblogfinance.com

Le Blog Finance

Partager cet article