Montebourg accuse Barroso d’être « le carburant du Front National »

Mots-clefs : , , , , , ,

Arnaud Monteboug a accusé le président de la Commission européenne José Manuel Barroso d’être « le carburant du Front national », après ses propos qualifiant la position française sur l’exception culturelle de « réactionnaire ».

Sur le même sujet

« José Manuel Barroso est le carburant du Front national. Voilà la vérité. Il est le carburant de Beppe Grillo (le comédien et homme politique italien, NDLR) », a-t-il déclaré sur France Inter.

« Je crois que la principale cause de la montée du Front national est liée à la façon dont l’UE exerce aujourd’hui une pression considérable sur des gouvernements démocratiquement élus », a-t-il estimé.

« L’Union européenne est immobile, paralytique »

« Vous avez le président de la Commission européenne qui dit « tous ceux qui sont anti-mondialisation, c’est des réactionnaires, c’est-à-dire, ce sont des gens qui aujourd’hui ont institutionnalisé l’Union européenne comme anti-peuples européens », a-t-il poursuivi.

Selon lui, « finalement, l’Union européenne ne bouge pas, elle est immobile, paralytique. Elle ne répond à aucune des aspirations populaires (en Europe), sur le terrain industriel, sur le terrain économique, sur le terrain budgétaire, et finalement, ça donne raison à tous les partis souverainistes, j’allais dire anti-européens, de l’UE ».

(Avec AFP)


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article