Mur de Trump entre Mexique et USA : quand Israël vante son expérience

Mots-clefs : , , , , , , ,

Si nombreux sont ceux qui voient dans la construction d’un mur entre Mexique et Etats-Unis un projet difficilement acceptable, certains s’en frottent déjà les mains.

Une société israélienne de sécurité s’est dite en effet prête à aider Donald Trump pour la réalisation de l’une de ses promesses de campagne les plus controversées : la construction d’un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Mieux encore, la société israélienne – Magal Security Systems  – met en avant son expérience dans le domaine, rappelant qu’elle a établi des “barrières intelligentes” autour de la bande de Gaza et le long des frontières avec l’Egypte, la Jordanie et les territoires de Cisjordanie. Cette société allie les clôtures barbelées avec des systèmes vidéos, des capteurs et de la surveillance par satellite. De quoi faire également le bonheur de sociétés high-tech et d’armement alors que le lobby militaire US n’a pas jamais caché ses accointances avec Donald Trump.

Possédant des activités aux États-Unis et en Israël, la société examine une possible participation  pour la sécurisation de la frontière longue de plus de 3200 kilomètres. “Le marché de la frontière était en berne, puis sont arrivés l’État islamique et le conflit syrien,” a admis auprès de Bloomberg le directeur général de Magal, Saar Koursch, laissant ainsi entrevoir ce que les nouveaux conflits planétaires offraient comme opportunités à son entreprise. “Le monde change et les frontières font un retour fracassant” a-t-il même ajouté.

Benjamin Netanyahou loue régulièrement les récentes barrières de protection construites par Israël. Il fait également référence à l’efficacité de ces barrières dans la diminution de la vague de migration africaine en provenance de la péninsule du Sinaï vers le sud d’Israël.

Si la proposition quant à la frontière avec le Mexique paraît irréaliste pour certains, Saar Koursch a déclaré qu’il prenait le projet très au sérieux en estimant que Magal avait l’expérience nécessaire. “N’importe qui peut vous faire une très jolie présentation PowerPoint, mais rares sont ceux qui peuvent présenter un projet aussi complexe que celui de Gaza, qui est d’ailleurs constamment mis à l’épreuve”.

La bourse ne s’y est pas trompé, les actions enregistrant une hausse de 6 %  après  la victoire de Donald Trump.
Sources : Mangal, Israël Valley, Bloomberg

Elisabeth Studer – 11 janvier 2017 – www.leblogfinance.com

Le Blog Finance

Partager cet article