Mutualisation de la dette : François Hollande comprend-il ce qu’il demande à Angela Merkel?

Mots-clefs : ,

Le désaccord entre l’Allemagne et la France n’augure évidemment pas bien du sommet européen. J’avoue me perdre en conjectures sur ce que cherche vraiment la France, et me demande si le Président comprend ce qu’il demande à la Chancelière.

La position française est intenable

On peut comprendre la manœuvre. La France est confrontée à une hausse des taux d’intérêt due à des  difficultés a la fois sur le plan budgétaire (par défaut de croissance), sur celui de la dette (en raison des déficits), sur son refinancement et le cout de celui-ci. Business Week ce 26 juin publie un article dont le titre est éloquent : les obligations françaises sont subitement secouées. Selon Bloomberg, le rendement des obligations à dix ans de la République sont passes de 2.07 a 2,67% soit une hausse des taux de 29%.

Le gouvernement français a tout à gagner d’une solidarité qui le mettrait sous la protection allemande, qu’elle ne manquera pas de critiquer.

La position française est intenable : ou bien la dette est mutualisée et les mécanismes d’encadrement des déficits sont accrus pour éviter de nouvelles catastrophes. Ou bien la dette reste nationale. Il n’y a pas de demi-mesure. C’est sur ce point que la position du Président Hollande est incohérente, meme si elle est à son avantage. Il espère peut-être avoir le beurre et l’argent du beurre…

La position allemande est cohérente, même si elle nous déplait

La mutualisation des dettes signifie que l’Allemagne devient effectivement le garant de dernier ressort de la dette européenne. Les conséquences ce cette position sur les finances publiques et l’économie allemande sont insoutenables. Aucun autre pays ne se sacrifierait, mais tous considèrent que l’Allemagne doit le faire. Un peu de décence ne gênerait pas. Mais, en Europe, on en est au sauve-qui-peut.

Pour pouvoir accepter une telle opération, il est indispensable que des mesures soient prises de telle manière que la probabilité de l’appel à une garantie allemande soit proche de zéro. Cela passe par une discipline budgétaire dont ni Monsieur Sarkozy, ni Monsieur Hollande veulent entendre parler. N’oublions pas qu’elle n’interviendrait qu’après que la France ait failli à sa garantie de 20% des engagements de l’Eurozone.

« Si la chancelière a semblé lassée de cette crise « qui dure depuis plus de deux ans », sa position n’a pas varié d’un iota. Pour elle, la crise a une triple origine : le manque de compétitivité de certains pays, des erreurs fondamentales dans la conception de l’euro et l’excès de dettes publiques. Sa réponse à chacun de ces facteurs est connue : les pays doivent entreprendre les réformes nécessaires pour retrouver leur compétitivité et il faut renforcer l’intégration européenne » écrit Frédéric Lemaitre dans Le Monde.

L’indécent déballage des états d’âme

Comme on a décidé de faire de ce sujet un mélodrame qui se joue en public, chaque contradiction de déclarations des leaders européens a une conséquence très nette : la baisse des taux allemands et la hausse des taux français. C’est donc la France qui est perdante dans l’étalage gidien des états d’âme de son Président. Il est troublant de voir combien la méthode Sarkozy et la méthode Hollande se ressemblent sur ce point. Serait-ce un caractéristique nationale ? Les Français ont-ils un  besoin irrépressible de provoquer publiquement Angela Merkel, qui n’a d’autre recours que de leur renvoyer la balle ?

Tout cela semble être d’une puérilité qui ne serait que ridicule si elle n’avait pas des conséquences économiques et financières immédiates pour le pays.

Enfin l’Italie est à l’ordre du jour

On le sait maintenant, la détérioration de la dette italienne qui va bientôt atteindre 2.000 milliards d’euros est enfin à l’ordre du jour. Mario Monti, qui n’a rien fait pour gérer la dette italienne depuis un an viendra certainement apitoyer ses collègues europeens. Face à ce montant, l’Europe ne peut qu’apporter une aide marginale. C’est l’Italie qui doit maintenant se retrousser les manches.

Pour la France, la solution du problème de l’endettement italien est une question de survie. Face à ce problème la défense don quichottesque des euro-obligations est devenue risible.

Partager cet article