Nissan : production en Corée du Sud pour pallier la hausse du yen

Mots-clefs : , , , , ,

Confronté à la hausse du yen qui rend les exportations japonaises moins compétitives, et en vue de faire face à la demande, Nissan va accroître la production du Rogue depuis son usine Renault en Corée du Sud.

« Nous avons reçu la demande d’augmenter la production de Rogue de 8.000 véhicules cette année », a ainsi déclaré à Reuters le directeur général de la filiale coréenne du groupe, Renault Samsung Motor, Park Dong-hoon. Nissan projetait initialement de produire 125.000 Rogue sur le territoire sud-coréen cette année.
Le responsable a par ailleurs ajouté que le groupe examinait encore actuellement si cette stratégie allait permettre de satisfaire le surplus de demande. Produit en Corée du Sud, au Japon et aux Etats-Unis, le modèle est le cross-over du groupe le plus vendu aux Etats-Unis. 

Suite aux résultats du référendum britannique concernant le Brexit, le yen a gagné 20% face au dollar, impactant fortement les exportations japonaises. Durant la même période, le won sud-coréen a quant à lui progressé de 7,4% face au dollar.

En juillet 2015 – soit quasiment un an à quelques jours près  –  alors que le Nissan Rogue connaissait déjà un franc succès aux Etats-Unis, le constructeur  avait annoncé que son usine de Kyushu située au Japon  allait produire ce type de véhicules en vue de satisfaire la demande US. L’objectif était alors de produire 100 000 Rogue par an pour le marché américain à partir de 2016. La production de l’usine US de Smyrna ne permettait plus alors de satisfaire la demande, laquelle s’emballe ses derniers mois alors que le site américain ne peut fabriquer un maximum de 120 000 Rogue par an.

C’est aux débuts de l’année 2011 que la production du  Nissan Rogue  avait quitté le Japon pour les Etats-Unis. Nissan avait alors annoncé que la dernière génération du Rogue ne serait plus produite à partir de 2013 au sein du complexe japonais de Kyushu mais sera délocalisée au sein de l’usine de Smyrna dans le Tennessee. A dater de cette période, plus de 100 000 unités du Rogue avaient alors quitté les chaînes de montage japonaises, s’inscrivant dans un mouvement de délocalisation plus général causé par un yen trop fort pour les constructeurs locaux.

Sources : Reuters, Nissan, Automotive News

Elisabeth Studer  –  22 août 2016  – www.leblogfinance.com

A lire également :

Japon : la hausse du yen « extrêmement préoccupante » selon le ministre des Finances, avant une intervention ?

Le Blog Finance

Partager cet article