Norvège : dernier répit avant une hausse probable des taux

Mots-clefs : , , , , , ,

La Banque de Norvège a, comme attendu, laissé son taux directeur inchangé jeudi, au plus bas historique de 0,5%, tout en réitérant les signaux selon lesquels une hausse, la première depuis sept ans, interviendrait en septembre.

« Les perspectives et les risques ne semblent pas avoir changé significativement » depuis le dernier rapport de politique monétaire en juin, a indiqué le gouverneur de la banque centrale Øystein Olsen, dans un communiqué.

Ce rapport était fortement annonciateur d’un resserrement de la politique monétaire en septembre.

Le cas échéant, ce serait la première remontée du taux directeur depuis mai 2011.

Plus gros producteur d’hydrocarbures d’Europe de l’Ouest, la Norvège a abaissé puis maintenu ses taux à un niveau historiquement bas pour contrecarrer la chute du cours du baril à compter de 2014 et pour s’aligner sur la pratique de ses principaux compétiteurs.

L’économie norvégienne a cependant renoué aujourd’hui avec une croissance dynamique, d’autant plus que le prix du pétrole a nettement rebondi.

« Comme attendu, peu de nouvelles de la part de la Banque de Norvège », a commenté Jeanette Strøm Fjaere, économiste chez DNB Markets. « Le taux sera relevé en septembre à moins que quelque chose de très inattendu se produise ».

À 1,4%, l’inflation reste certes inférieure à l’objectif officiel de la banque centrale (2%) mais l’accélération observée ces derniers mois devrait se poursuivre, selon la banque.

Certains économistes s’inquiètent cependant des effets que les tensions commerciales grandissantes dans le monde et une production industrielle norvégienne jugée décevante récemment pourraient avoir sur la reprise.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article