Paiement instantané : quelles sont les banques déjà opérationnelles ?

Mots-clefs : , , , , , ,

Le paiement instantané s’annonce comme une des grandes nouveautés des prochains mois dans le domaine bancaire. Quelles sont les enseignes françaises déjà prêtes ? Et qu’attendent les autres ?

Les banques françaises ont eu un peu de retard à l’allumage, mais voilà qu’elles se lancent ! Petit à petit, les grandes enseignes tricolores annoncent en effet leur compatibilité avec le paiement instantané.

Banque Populaire – Caisse d’Epargne, depuis le 3 avril

Comme souvent en matière de paiements ces dernières années (Apple Pay, Samsung Pay, Google Pay, etc.), c’est le groupe bancaire BPCE qui a ouvert le ban du paiement instantané en France. Depuis le 3 avril, les Banques Populaires, les Caisses d’Epargne ou encore Natixis sont connectées au SCT inst (SEPA Instant Credit Transfer), le schéma de paiement mis en place par l’Europe pour déployer ce nouveau moyen de paiement à l’échelle continentale.

BPCE est aussi la première enseigne à avoir communiqué, le 4 juillet dernier, sur les nouveaux services qu’elle compte proposer : paiements entre particuliers bien sûr, mais aussi paiement en ligne et indemnisation instantanée des assurés en cas de sinistre. Des services qui ne seront pas gratuits, mais ne dépasseront pas un euro pièce, a promis la banque.

Lire aussi : Le virement instantané est opérationnel chez BPCE

Crédit Mutuel Arkéa, depuis le 9 juillet

Autre enseigne connue pour son goût de l’innovation, Arkéa est connectée à la plateforme du paiement instantané depuis le 9 juillet. D’ores et déjà, les clients de ses enseignes (Crédit Mutuel de Bretagne et du Sud-Ouest, Fortuneo, etc.) peuvent donc théoriquement recevoir des virements en temps réel. Pour en émettre, en revanche, il faudra attendre la fin de l’année.

Si elle compte sur les particuliers pour atteindre la masse critique nécessaire au bon déploiement du paiement instantané, Arkéa veut aussi convaincre sa clientèle entreprises de l’intérêt du nouvel instrument, pour le paiement des factures ou des salaires par exemple. Des services qui, ici non plus, ne seront pas gratuits : la banque réfléchit à vendre des « offres (…) packagées autour du virement instantané, à l’image de ce qui se fait pour la carte », a annoncé en juin Jean-Luc Dubois, directeur des flux du Crédit Mutuel Arkéa.

Lire aussi : Comment Arkéa se prépare au lancement du paiement instantané

A venir : Crédit Mutuel et BNP Paribas

Le Crédit Mutuel CM11 n’a pas encore communiqué sur le sujet. Mais les enseignes du groupe bancaire (11 Crédits Mutuels régionaux, CIC, Monabanq, Cofidis…) figurent déjà dans la liste des participants au paiement instantané. Dès le 14 septembre, elles devraient donc être en mesure de proposer à leurs clients de nouveaux services en temps réel. BNP Paribas les rejoindra le 20 novembre. Pas de date connue en revanche pour le Crédit Agricole ou la Société Générale.

Les banques en ligne et les néobanques en retrait

Les banques en ligne n’ont pas non plus communiqué sur le paiement instantané. Aucune ne figure d’ailleurs dans la liste des établissements participants. Toutefois, étant filiales de banques traditionnelles, elles devraient leur emboiter le pas. Une des premières pourrait être ING Direct… Sa maison-mère, la banque néerlandaise ING, étant connectée au SCT Inst depuis près d’un an.

Ce constat vaut aussi pour les néobanques : Orange Bank, N26, C-Zam, Nickel… Elles semblent vouloir elles aussi laisser les acteurs traditionnels évangéliser ce nouveau marché. Nickel, toutefois, nous a expliqué travailler sur le sujet « conjointement » avec BNP Paribas, sa maison-mère, et annoncé qu’elle serait « embarquée dans le planning de déploiement du groupe ». Ce devrait également être le cas de C-Zam, qui travaillent aussi avec BNP Paribas pour les paiements.

Paiement instantané, mode d’emploi

Promu par les institutions européennes, le paiement instantané (ou « virement SEPA instantané » dans la nomenclature officielle) se différencie du virement SEPA traditionnel sur deux points :

  • un délai de 10 secondes pour exécuter la transaction ;
  • une disponibilité 24h/24 et tous les jours de l’année.

Il permet donc au bénéficiaire d’avoir une disponibilité immédiate des fonds. Le montant par transaction est toutefois limité à 15 000 euros par transaction. Un plafond qui pourrait évoluer dans le futur.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article