Pierre et Vacances réduit ses pertes et vise le retour à une rentabilité « pérenne »

Mots-clefs : , , , , , , ,

Pierre et Vacances-Center Parcs a présenté mercredi un plan stratégique sur quatre ans visant le retour à une rentabilité « pérenne » pour le numéro un européen des résidences de loisirs, qui a annoncé avoir réduit sa perte nette annuelle.

Sur son exercice 2017/2018, le groupe a enregistré une perte nette de 45,9 millions d’euros, contre 56,7 millions un an plus tôt.

Son résultat opérationnel courant s’établit à 9,1 millions d’euros, contre 12,4 millions, « du fait d’éléments temporaires », a souligné Patricia Damerval, directrice générale adjointe aux Finances, en raison notamment du décalage de la vente de programmes immobiliers.

Les surcoûts liés aux retards du projet Villages Nature, gigantesque complexe éco-touristique qui a ouvert il y a plus d’un an près de Disneyland Paris, ont encore pesé sur les performances du groupe, tout comme un « ajustement des créances d’impôts ».

« Corrigé » de ces éléments « de nature exceptionnelle, le résultat net serait à l’équilibre », affirme le groupe dans son communiqué.

Parallèlement à ses résultats, il a dévoilé un plan stratégique baptisé « Ambition 2022 », porté par le nouveau directeur général Olivier Brémond, 56 ans, fils du président-fondateur Gérard Brémond, 81 ans, qui a pris ses fonctions en septembre après avoir mené toute sa carrière dans le secteur de la production audiovisuelle.

« On va mettre en place une stratégie offensive, avec une priorité : la croissance pérenne de notre rentabilité, c’est la condition absolument essentielle pour financer notre développement », a-t-il indiqué à des journalistes.

« Notre ambition est de renforcer le leadership du groupe, dans l’immobilier et le tourisme. Nous avons des marques puissantes avec une très forte notoriété, notre offre est unique, avec 8 millions de clients, 170 sites Pierre et Vacances, 26 Center Parcs et Sunparks, plus de 100 résidences Adagio et 3.000 appartements commercialisés par maeva.com », a souligné Olivier Brémond.

Son plan stratégique repose sur quatre axes : « améliorer notre offre, engager des opérations immobilières majeures, booster la commercialisation et faire évoluer l’entreprise ».

Le groupe va ainsi poursuivre la rénovation de son parc afin de monter en gamme, pour un montant de 450 millions d’euros majoritairement financé par des investisseurs.

Dans l’immobilier, il veut accroître sa capacité d’hébergement de 25.000 lits (en plus des 200.000 actuels) d’ici quatre ans, via la construction de nouveaux Center Parcs (dont 7 à l’étranger) ou leur extension, et de nouvelles résidences Pierre et Vacances, et Adagio.

A horizon 2022, l’objectif du groupe est de réaliser une croissance moyenne annuelle de 4% de son chiffre d’affaires hébergement pour l’activité tourisme, sa principale, et de générer un volume d’affaires dans l’Immobilier de 3 milliards d’euros sur la période.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article