Platine : réforme du fixing suite aux soupçons de manipulations

Mots-clefs : , , , , ,

La London Platinum and Palladium Fixing Company (LPPFC) vient d’annoncer cette semaine que le processus de fixation des prix de référence pour le platine et le palladium à Londres allait être quelque peu réformé.

C’est en effet ce qu’a déclaré jeudi la société en charge de ces fixing, et ce, quelques semaines après des annonces du même ordre concernant l’or et l’argent.
Rappelons que ces métaux sont notamment utilisés par l’industrie automobile,rentrant dans le processus de fabrication des pots catalytiques.
La London Platinum and Palladium Fixing Company (LPPFC) va ainsi rapidement lancer « un appel d’offre afin de nommer un administrateur indépendant pour assumer la responsabilité de la gestion du fixing du platine et du palladium ». La clôture des candidatures est prévue pour le 6 août prochain.
La LPPFC recherche également une personne indépendante en vue de présider les téléconférences au cours desquelles sont fixés deux fois par jour les prix de référence du platine et du palladium.
Mi-juillet, des mesures semblables ont été annoncées par la société en charge du fixing de l’or, l’objectif affiché étant de réformer cette procédure, alors qu’elle fait actuellement l’objet de controverses, certains soupçonnant des manipulations de cours.
Le fixing de l’argent doit quant à lui être déterminé de manière électronique à partir du 15 août prochain.
Quatre entités distinctes interviennent dans le processus de fixing du platine et du palladium : les banques Standard Bank, Goldman Sachs et HSBC, ainsi que BASF Metals, la branche de courtage de métaux de l’allemand BASF, leader mondial de la chimie.
A noter que ces fixing constituent également des prix de référence largement utilisés dans le secteur des métaux précieux, voire au-delà.
Après le scandale lié à la manipulation du taux interbancaire Libor, les autorités de régulation se sont attaquées à d’autres marchés susceptibles de manipulations, tels que les changes ou les métaux précieux.
Accusées de manipuler les cours du métal précieux lors du fixing de Londres, cinq banques – Barclays, Deutsche Bank, Bank of Nova Scotia, HSBC et la Société générale – ont été assignées devant une cour fédérale new-yorkaise à la fin de l’année 2013 par un trader impliqué sur le marché de l’or.

Ce dernier les accuse de manipuler les cours du métal précieux lors du fixing de Londres. La plainte se base sur le rapport d’un professeur de la Stern School of Business de la New York University, lequel relève des signes de collusion entre les cinq plus gros intervenants sur le marché de l’or, durant leur conférence téléphonique quotidienne où se détermine le cours du lingot utilisé par les gestionnaires de mines, les bijoutiers et les banques centrales.

Le document relève «l’utilisation de données empiriques conduisant à des prix artificiels». Le marché de l’or représente 20.000 milliards de dollars.

Sources : AFP, agefi

Elisabeth Studer – 02 août 2014 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article