Pourquoi la Société Générale ferme plus d’agences que le Crédit Mutuel

Mots-clefs : , , , , , , ,

Entre 2014 et 2018, 3% des agences bancaires françaises ont disparu, selon Sia Partners. Un rythme bien inférieur à celui de nos voisins européens, mais beaucoup plus élevé dans les banques commerciales (Société Générale, BNP Paribas, etc.) que les banques mutualistes (Crédit Mutuel, Crédit Agricole, etc.).

-21% en Allemagne, -18% en Espagne, -17% en Espagne… Comparées à leurs voisines européennes, les banques françaises ferment peu d’agences : 3% seulement entre 2014 et 2018, soit la disparition de 1 100 points de ventes, selon des chiffres publiés par Sia Partners et dévoilés ce mardi par Les Echos. Fin 2018, la France comptait ainsi 36 519 agences bancaires, contre 22 887 en Allemagne, pourtant beaucoup plus peuplée (83 millions d’habitants, contre 67 millions en France).

Comment expliquer cette résistance des réseaux dans l’Hexagone ? D’abord par la résilience de l’industrie bancaire face à la crise de 2008, explique Marin Delattre, consultant chez Sia Partners interrogé par le quotidien économique, qui a permis d’éviter un « sentiment d’urgence dans la fermeture de réseaux bancaires, malgré les baisses de fréquentation observées ». Par la crainte, ensuite, de perdre des clients, notamment dans les zones rurales où les usagers n’hésitent à privilégier l’enseigne qui maintient une agence ouverte dans leur commune.

Les banques mutualistes résistent encore

Résultat : la réduction des réseaux est beaucoup plus lente dans les banques mutualistes, à forte implantation locale, que les banques commerciales, plus centrées sur les grandes villes. Entre 2014 et 2018, les Crédits Mutuels n’ont fermé qu’1% de leurs agences, les Caisses d’Epargnes 1,4%, les Crédits Agricoles 2,7%. Dans le même temps, la Société Générale supprimait 12% de son réseau (réduit à 2 742 agences), BNP Paribas 11% (1 861 agences) et LCL 10,5%.

Le mouvement de fermetures, toutefois, devrait s’intensifier en France dans les années à venir, annonce Marin Delattre. Surtout, le format des agences devrait évoluer, avec notamment le développement de murs d’automates multi-services, aux dépens des guichets traditionnels tenus par des conseillers.

Actualité économique sur moneyvox.fr

Partager cet article