Suisse : discrète enquête pour manipulation des cours de devises

Mots-clefs : , , , , ,

C’est dans une assez grande discrétion que l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (Finma) a annoncé vendredi mener une enquête sur des établissements financiers helvétiques concernant de possibles manipulations des cours des devises étrangères.

Discrétion d’autant plus grande que les détails fournis sur l’affaire sont peu nombreux.  Le gendarme de la Bourse se contente en effet de préciser ds son communiqué qu’il coordonne ses efforts avec « des autorités étrangères, car plusieurs banques sont potentiellement impliquées à un niveau international ». Sans toutefois daigner préciser l’identité des établissements potentiellement concernés ni fournir de plus amples informations sur les investigations en cours.

Quelques heures plus tard, la commission suisse de la concurrence (Comco) annonçait à son tour dans un bref communiqué avoir eu connaissance d’ententes possibles entre différents instituts bancaires sur les taux de change de plusieurs devises. Situation la conduisant à ouvrir une enquête préalable à la fin septembre, d’autres mesures pouvant être prises ultérieurement.

La Comco précisant clairement en ce qui la concerne que les noms des entreprises concernées ne seraient pas divulgués pour le moment.
Notons toutefois que d’après le palmarès 2013 du magazine Euromoney, deux banques de la Confédération font partie des dix premiers acteurs mondiaux dans le négoce des devises étrangères : UBS avec 10,1 % de parts de marché) et Credit Suisse avec 3,7 %.

A l’heure actuelle, les porte-paroles d’UBS et de Crédit Suisse n’ont fourni aucune information sur leur éventuelle appartenance aux établissements visés par l’enquête.  La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a quant elle clairement indiqué qu’elle n’avait actuellement ‘aucune connaissance d’une quelconque enquête menée par la FINMA sur des manipulations de devises ».

Vendredi, le blog financier « Inside Paradeplatz » évoquait le licenciement par UBS de deux treaders dans ses activités de devises, à Zurich et à New York. Information sur laquelle UBS n’a pas souhaité réagir.

Rappelons qu’en juin dernier, l’Autorité britannique de conduite financière (FCA) a ouvert une enquête préliminaire pour les mêmes motifs – sans toutefois dévoiler l’identité des sociétés visées – d’éventuelles manipulations étant apparues au grand jour à la suite de mouvements boursiers suspects en Grande-Bretagne.

Des courtiers de plusieurs établissements financiers avaient été soupçonnés d’avoir utilisé les informations en leur possession – relatives à d’importantes transactions de leurs clients – pour anticiper les marchés et effectuer des opérations pour leur propre compte. Les noms de UBS, Deutsche Bank, Citigroup et Barclays étaient alors apparus dans la presse.

Le Financial Times avait alors affirmé que l’enquête avait été déclenchée après envoi à la FCA de plaintes suggérant que des banques avaient réalisé des opérations en amont des ordres de leurs clients, avec pour objectif de manipuler les taux de référence.

Sources : AWP, AFP

Elisabeth Studer – 07 octobre 2013 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article