Tunisie: la clé sous la porte pour les agences de voyages ?

Mots-clefs : , ,

ftav131011.jpgSi le directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) Abdelhamid Addou, a récemment indiqué que le Maroc devrait connaître une année touristique « très difficile » en 2012, les choses ne vont guère mieux en Tunisie, voire même seraient pires.

Le président de la Fédération tunisienne des Agences de voyages et de Tourisme  (FTAV), Mohamed Ali Toumi a ainsi indiqué lundi que plusieurs dizaines d’agences de voyages en Tunisie risquaient de très prochainement de mettre la clé sous la porte, en l’absence de réaction immédiate du gouvernement.

Des dizaines d’agences pourraient être contraintes de cesser leurs activités dans les tout-prochains jours si des solutions urgentes à leurs difficultés n’étaient pas trouvées au plus tôt, affirme ainsi le Président de la Fédération.

Au cours d’une réunion de crise qui s’est déroulée le samedi 28 janvier 2012 à Gammarth (Tunisie), réunissant plus de 250 agences de voyages adhérentes à la fédération, la gravité de la situation a été confirmée par les professionnels du secteur. Ces derniers se révélant unanimes à tirer la sonnette d’alarme sur les risques de faillite qui les guette.

La situation est d’autant plus « catastrophique »  que les 700 agences de voyages qui constituent le maillon le plus important dans la chaîne touristique, emploient quelque 8.000 personnes, a par ailleurs souligné Mohamed Ali Toumi.

Se voulant on ne peut plus alarmiste, le Président de la Ftav a tenu à avertir que le cas échéant, ces fermetures entraîneraient de facto la mise au chômage forcé de plusieurs centaines d’employés, voire de plusieurs milliers dans les prochains mois.

Pire encore, aucune visibilité sur le devenir du secteur touristique en Tunisie en 2012 n’est disponible à l’heure actuelle. La situation peut donc même empirer.

« Nous sommes menacées de disparaître si le gouvernement ne nous soutient pas et continue à négliger nos demandes », a encore averti Mohamed Ali Toumi.

Les raisons d’une telle situation : les agences de voyages – lesquelles sont dans leur majorité des PME – ont été très lourdement impactées  par la crise touristique qui s’est déclenchée après la chute du Président Ben Ali.

Rappelons que le 7 février 2011, la FTAV  a déposé au ministère du Tourisme un dossier contenant des propositions d’interventions, dont la création d’une cellule de crise pour le sauvetage des agences de voyages en difficulté.

Demandant par ailleurs un soutien financier  et social et un allègement des procédures administratives.

Précisons que l’Office National du Tourisme Tunisien a fixé pour les agences de voyages tunisiennes la date butoir du 31 janvier 2012 pour s’acquitter d’une caution financière d’un montant de 50.000 dinars pour les agences de catégorie A et 25.000 dinars pour les agences de catégorie B. A défaut, les agences risquent une fermeture administrative. La FTAV en appelle par conséquent à l’ONTT pour leur faire bénéficier d’un délai supplémentaire de deux mois, afin de trouver une solution légale et durable au problème. La Fédération a également proposé au gouvernement de réduire le montant des taxes. 

A noter par ailleurs que les agences de voyages spécialisées dans le transport touristique terrestre ont été les plus durement touchées par la chute de l’activité touristique. Nombre d’entre-elles se voient dans l’impossibilité d’acquitter leurs dettes envers les sociétés de leasing. Lesquelles commencent à mettre en place des mesures de rétorsion en confisquant des véhicules. La FTAV en appelle lesdites compagnies à faire preuve de souplesse vis-à-vis des agences jusqu’à l’été prochain.

La libération au profit des agences de voyages privées du pèlerinage à la Mecque, monopolisé juqu’à présent par une société publique proche du clan Ben Ali-Trabelsi, figurent aussi parmi les propositions de la Ftav.

Sources : AFP, presse tunisienne

Le Blog Finance

Partager cet article