Wall Street: BlackBerry s’envole de 10,45%

Mots-clefs : , , , ,

Les futures sur le Dow progressaient légèrement pendant la nuit et ce jusqu’à 8h du matin. Après avoir culminé à 15 419 points ils se sont orientés à la baisse. Vers 11h30 les contrats à terme sont descendus jusqu’à 15 326 points et ont commencé à rebondir. Les indices, eux, poursuivaient la direction des futures au début de cotation. Mais après avoir atteint 15 441 points vers 17h le Dow et les autres indices ont commencé à reculer. Pendant les deux dernières heures de cotation les indices se sont légèrement redressés. Au final, le Dow Jones a terminé en baisse de 5,83 points ou 0,04% à 15 419,68 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent Caterpillar (+2,14%), Cisco (+1,1%) et IBM (+0,68%). Les plus grands perdants ont été Walt Disney (-1,24%), Coca-Cola (-0,82%) et Boeing (-1,03%).

Le S&P500 a fléchi de 1,95 point ou 0,12% à 1 689,47 points. Le Nasdaq a grimpé de 9,84 points ou 0,27% à 3 669,95 points. Le Russell 2 000 a bondi de 0,44%.

Ce lundi les indices ont terminé proches de l’équilibre. Leurs fluctuations pendant la séance ne témoignent que de l’hésitation des investisseurs. Une telle indécision est n’est pas anormale lors de la période estivale. En effet, la saison des résultats trimestriels peut être considérée comme achevée, les volumes sont bien réduits et l’actualité macroéconomique est peu abondante. Dans un tel contexte les opérateurs restent prudents surtout compte tenu du niveau actuel des indices américains qui se situent proches de leurs sommets historiques.

Ce lundi les secteurs ont terminé en ordre dispersé avec les performances médiocres. Seul le secteur des techs a réussi à terminer en hausse relativement importante. Les matières premières comme l’énergie et les métaux ont bien gagné du terrain. Les obligations d’état américain, elles, ont reculé avec le taux obligataire à dix ans se situant à 2,605%.

La statistique du jour

Selon le Département américain du Trésor, en juillet le déficit budgétaire a atteint $ 97,59 milliards alors que les analystes tablaient sur $ 96 milliards. Sur les 10 premiers mois de l’exercice, le déficit budgétaire ressort à $ 607,42 milliards, en baisse de 38% par rapport à l’année dernière sur la même période.

Les entreprises à la loupe

Amazon.com (-0,19%) pourrait lancer une console de salon fonctionnant sous le système opérationnel Android avant la fin de l’année, selon le site Game Informer.

Apple a progressé de 2,84% ce lundi car selon AllThingsD la firme à la pomme pourrait dévoiler prochainement un nouveau iPhone. Le blog spécialisé a cité des sources anonymes selon lesquelles Apple dévoilerait son nouveau smartphone le mois prochain, lors d’un événement qui serait programmé pour le 10 septembre.

JC Penney a bondi de 2,33% aujourd’hui car selon le Wall Street Journal, le conseil d’administration du groupe envisagerait de poursuivre son principal actionnaire (18%), Bill Ackman, pour avoir publiquement dévoilé des délibérations privées. Ackman, gérant de Pershing Square, a réclamé vendredi les départs du président du conseil d’administration, ainsi que du directeur général de JC Penney.

BlackBerry s’est envolé de 10,45% ce lundi car le groupe canadien a annoncé qu’il a mis en place un comité spécial pour explorer des « alternatives stratégiques » (partenariats, alliances ou même une cession).

JPMorgan Chase a fléchi de 0,77% aujourd’hui car les autorités américaines envisagent, selon deux personnes proches du dossier, de demander l’arrestation de deux anciens employés de JPMorgan qu’elles soupçonnent d’avoir maquillé les pertes de la banque. Il s’agit d’un trou de $ 6,2 millliards imputé au trader français Bruno Iksil en poste à Londres. L’enquête pénale vise à établir si l’un des responsables de l’office londonienne a cherché délibérément à masquer les pertes en gonflant la valeur des positions inscrites dans les livres de comptes de JPMorgan dans les premiers mois de 2012.

F5 Networks a grimpé de 3,14% ce lundi car Barclays Plc a amélioré sa recommdantion sur le titre de l’équipementier des réseaux, conseillant désormais de le sur-pondérer dans le portefeuille.

Les compagnies aurifères comme Newmont Mining (+4,68%), Barrick Gold (+4,54%) et Kinross Gold (+6,49%), ont été parmi les plus grands gagnants du S&P500 aujourd’hui à cause d’une forte remontée du prix de l’or (+1,81% à $ 1 335,90 l’once).

Demain

14h30 : Ventes de détail

14h30 : Prix à l’import et à l’export

16h : Stocks des entreprises


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article