Wall Street: Les indices progressent de plus de 4% en juillet

Mots-clefs : , , , ,

Les futures sur le Dow évoluaient dans un trading range de 30 points autour de la barre de 15 550 points pendant toute la nuit et toute la matinée. A 14h30 ils se sont orientés à la hausse. Les indices, eux, poursuivaient la direction des contrats à terme au début de cotation. Mais après avoir culminé à 15 634 points vers 16h30, le Dow et les autres indices ont commencé à fléchir. Après la publication du communiqué du FOMC à 20h, les indices ont rebondi. Mais la dernière heure de cotation s’est avérée baissière. Au final, le Dow Jones a terminé en baisse de 21,05 points ou 0,14% à 15 499,54 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent JPMorgan (+0,72%), Bank of America (+0,55%) et Walt Disney (+0,73%). Les plus grands perdants ont été American Express (-1,89%), Verizon (-1,86%) et Pfizer (-0,68%).

Le S&P500 a fléchi de 0,22 point ou 0,01% à 1 685,74 points. Le Nasdaq a progressé de 9,90 points ou 0,27% à 3 626,37 points. Le Russell 2 000 a avancé de 0,33%.

Ce mercredi les indices ont terminé proches de l’équilibre. Aujourd’hui les investisseurs se sont focalisés sur le communiqué du FOMC même si de nombreuses statistiques macroéconomiques et résultats trimestriels ont attiré leur attention.

L’information reçue depuis la dernière réunion du Federal Open Market Committee en juin suggère que l’activité économique a crû au rythme modéré au premier semestre 2013 aux Etats-Unis. Les conditions sur le marché du travail se sont améliorées récemment, mais le taux de chômage reste élevé. Les dépenses de ménages et l’investissement des entreprises ont augmenté, le secteur immobilier a continué son renforcement, mais les taux hypothécaires ont augmenté et la politique budgétaire freine la croissance économique. Partiellement à cause des facteurs transitoires l’inflation a été au-dessous de l’objectif de long terme du Comité, mais les anticipations d’inflation à plus long terme sont restées stables. Le Comité reconnaît que l’inflation qui se situe constamment au-dessous de son objectif de 2% pourrait poser un risque à la performance économique, mais le FOMC anticipe que l’inflation repartira vers 2% à moyen terme. Dans le contexte de l’inflation faible, le chômage élevé et la politique budgétaire contre-performante, le FOMC a décidé de laisser l’objectif du taux de fed funds entre 0% et 0,25%. Par ailleurs, il poursuivra le programme de rachat d’actifs au même rythme qu’auparavant ($ 45 milliards de bons du Trésor et $ 40 milliards des actifs adossés aux créances hypothécaires par mois). Certes, les analystes s’attendaient à ce que la Fed ne réduise pas le rythme de QE cette fois-ci, mais ils n’anticipaient pas une remarque sur la faiblesse continue de l’inflation qui inquiète certains membres du FOMC. Cette préoccupation signifie que même si les chiffres de l’emploi et les perspectives du marché du travail s’améliorent d’une manière substantielle, mais l’inflation reste toujours faible, la Fed pourrait laisser le rythme de QE inchangé ou le ralentir moins que prévu par certains analystes.

Les investisseurs ont été partagés suite à l’annonce du FOMC. Ainsi, les obligations d’état américain n’ont pas affiché une direction claire. En effet, tandis que les obligations à dix et trente ans ont gagné du terrain, celles à plus court terme ont soit reculé, soit sont restées inchangées. La réaction était pareille sur le marché d’actions où les secteurs ont terminé en ordre dispersé. Cette performance s’explique partiellement par les résultats trimestriels mixtes. Jusqu’ici 60% d’entreprises du S&P500 ont déjà publié leurs résultats trimestriels. 67% d’elles ont fait état des bénéfices supérieurs aux attentes. Mais seulement 55% d’elles ont enregistré le chiffre d’affaires au-dessus du consensus.

Le communiqué du FOMC n’a pas réellement augmenté la visibilité pour les investisseurs, apportant peu d’éléments nouveaux. Les chiffres de l’emploi pour le mois de juillet qui seront dévoilés vendredi par le département américain du Travail devraient le faire.

Les statistiques du jour

L’indice de la Mortgage Bankers Association a reculé de 3,7% lors de la semaine achevée le 26 juillet. Le sous-indice de refinancement a baissé de 3,8% tandis que celui des prêts hypothécaires a fléchi de 3,4%. Le taux fixe hypothécaire à trente ans a été en moyenne de 4,58% la semaine dernière, inchangé par rapport à la semaine précédente.

D’après le dernier rapport d’ADP sur l’emploi privé non-agricole, les États-Unis ont créé 200 000 postes en juillet 2013 sur une base ajustée des variations saisonnières 188 000 un mois avant et le consensus de 179 000. Les petites entreprises ont généré 82 000 emplois, les moyennes 60 000 et les grandes 57 000 en juillet.

D’après le département américain du Commerce, le PIB américain a augmenté de 1,7% au deuxième trimestre en rythme annualisé alors que les analystes tablaient sur la croissance de 1%. Il faut préciser qu’il s’agit de la première estimation. La croissance américaine au premier trimestre 2013 a été revue à la baisse à 1,1% contre 1,8% annoncé précédemment.

L’indice PMI de Chicago est ressorti à 52,3 points en juillet en données CVS contre les attentes de 53,5 points et après 51,6 points en juin et 58,7 points en mai.

D’après le département américain de l’énergie, les stocks de pétrole brut ont augmenté de 400 000 barils lors de la semaine achevée le 26 juillet alors que les analystes misaient sur une baisse de 1,9 million de barils. Les réserves d’essence ont bondi de 800 000 barils tandis que les analystes anticipaient un repli de 700 000 barils.

L’actualité des entreprises

Symantec s’est envolé de 9,57% ce mercredi après l’annonce de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels du concepteur de solutions antivirus est ressorti à $ 0,44 contre le consensus de $ 0,36. Son BPA net a été de $ 0,22, inchangé par rapport au deuxième trimestre 2012. Son chiffre d’affaires a augmenté de 2% en glissement annuel à $ 1,71 milliard alors que les analystes tablaient sur $ 1,64 milliard.

Amgen a reculé de 2,62% aujourd’hui suite à la publication de ses résultats trimestriels mardi soir après la clôture du marché. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels du spécialiste de biotechnologies s’est établi à $ 1,89 contre les attentes de $ 1,74. Son BPA net a été de $ 1,65. Son chiffre d’affaires a bondi de 5% en glissement annuel à $ 4,68 milliards alors que le marché s’attendait à $ 4,49 milliards. Par ailleurs, le groupe a revu à la hausse sa prévision du BPA annuel (hors éléments exceptionnels), estimant qu’il sera compris entre $ 7,30 et $ 7,45 contre la fourchette précédente allant de $ 7,05 à $ 7,35.

Humana a progressé de 2,27% ce mercredi après avoir dévoilé ses résultats du deuxième trimestre 2013. Le bénéfice par action de l’assureur santé s’est élevé à $ 2,63 contre les anticipations de $ 2,47 et après $ 2,16 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires a augmenté de 5,4% en glissement annuel à $ 9,7 milliards tandis que les analystes misaient sur $ 10,3 milliards. En outre, le groupe a revu à la hausse sa prévision du BPA pour toute l’année, estimant désormais qu’il sera compris entre $ 8,65 et $ 8,75.

Comcast (+5,55%) a terminé bien dans le vert ce mercredi après l’annonce de ses résultats trimestriels. Son bénéfice ajusté par action est ressorti à $ 0,65 contre le consensus de $ 0,63. Son chiffre d’affaires a bondi de 7% en glissement annuel à $ 16,3 milliards alors que le marché s’attendait à $ 16 milliards.

Garmin s’est envolé de 7,57% ce mercredi après avoir fait état de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels du spécialiste de GPS s’est élevé à $ 0,76 contre les anticipations de $ 0,65. Son BPA net a été de $ 0,88 après $ 0,95 il y a un an. Son chiffre d’affaires a fléchi de 3% en glissement annuel à $ 696,6 millions alors que les analystes tablaient sur $ 666 millions. Sa marge brute est passée de 58,7% au deuxième trimestre 2012 à 55,1% au trimestre écoulé.

MasterCard a progressé de 1,97% aujourd’hui suite à la publication de ses résultats du deuxième trimestre 2013. Le bénéfice par action du géant de cartes de crédit s’est établi à $ 6,96 contre les prévisions de $ 6,30. Son chiffre d’affaires a augmenté de 15% en glissement annuel à $ 2,1 milliards alors que le marché s’attendait à $ 2 milliards. Son rival, Visa (-7,54%), en revanche, a fortement reculé. 

Air Products and Chemicals (+2,93%) a fortement bondi ce mercredi car l’investisseur activiste Bill Ackman a annoncé la prise de participation de 9,8% dans le spécialiste des gaz industriels, représentant l’investissement de $ 2,2 milliards.

Herbalife (+9,11%) a terminé en forte hausse aujourd’hui car selon les sources citées par la chaîne américaine CNBC, George Soros a pris une position longue importante dans le titre. Désormais Herbalife est sa troisième plus grande participation. Bill Ackman, lui, en revanche, est toujours vendeur du titre.

Phillips 66 a grimpé de 5,22% après la présentation de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action du raffineur américain est ressorti à $ 1,50 contre le consensus de $ 1,83 après $ 1,86 il y a un an. Son chiffre d’affaires a reculé de 8,1% en glissement annuel à $ 43,95 milliards alors que les analystes misaient sur $ 41,57 milliards. Le groupe a déclaré que ses exportations des produits raffinés ont augmenté de 75 000 barils par jour à 181 000 barils par jour au trimestre écoulé. Par ailleurs, son conseil d’administration a autorisé l’augmentation de son programme de rachat d’actions, le portant à $ 3 milliards.

ONEOK Inc a progressé de 2,26% suite à l’annonce de ses résultats du deuxième trimestre 2013. Le bénéfice par action du plus grand distributeur de gaz naturel aux États-Unis s’est établi à $ 0,34 contre les attentes de $ 0,27. Son chiffre d’affaires s’est envolé de 32,4% en glissement annuel à $ 3,3 milliards alors que les analystes l’estimaient à $ 3,1 milliards.

Delphi Automotive s’est replié de 2,86% ce mercredi et a été le plus grand perdant du S&P500. Le bénéfice ajusté par action du fabricant de pièces détachées pour les automobiles s’est élevé à $ 1,24 contre les anticipations de $ 1,14 et après $ 1,03 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires a atteint $ 4,2 milliards tandis que le marché s’attendait à $ 4,22 milliards.

Exelon a abandonné 2,77% aujourd’hui après avoir fait état de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels du producteur et distributeur d’électricité est ressorti à $ 0,53 contre le consensus de $ 0,54 après $ 0,61 il y a un an. Son BPA net a été de $ 0,57 après $ 0,33 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires a reculé de 7,7% en glissement annuel à $ 5,88 milliards alors que les analystes prévoyaient $ 6,15 milliards.

Demain

14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage

16h : L’indice ISM Manufacturier

16h : Dépenses de construction


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article