Wall Street, pariant sur un apaisement commercial, finit en hausse

Mots-clefs : , , , , , ,

La Bourse de New York a terminé en hausse lundi, profitant d’un vent d’optimisme avant une rencontre entre Pékin et Washington et de deux annonces importantes de rachats d’entreprises par des sociétés américaines.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,35% à 25.758,69 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 0,06% à 7.821,01 points. L’indice élargi S&P 500 a avancé de 0,24% à 2.857,05 points.

« Les indices poursuivent l’enthousiasme dont ils ont fait preuve en fin de semaine dernière en anticipant un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis », a réagi Peter Cardillo de Spartan Capital, alors qu’une rencontre entre négociateurs des deux Etats est prévue mercredi et jeudi à Washington.

« Non seulement les discussions (entre responsables) devraient reprendre mais il se dit que le président (américain Donald) Trump pourrait rencontrer son homologue chinois (Xi Jinping) en novembre », a commenté Bill Lynch de Hinsdale Associates.

Les indices ont également été soutenus par deux acquisitions: le géant des boissons non alcoolisées et des biscuits Pepsico a racheté l’israélien SodaStream pour 3,2 milliards de dollars, et le groupe agroalimentaire Tyson Foods a mis la main sur son compatriote Keystone Foods pour 2,16 milliards de dollars.

« Ces opérations de fusions et acquisitions renvoient l’idée que l’environnement commercial est dynamique aux Etats-Unis, ce qui est bon pour la Bourse surtout dans un contexte de guerre commerciale », a noté M. Cardillo.

Cette semaine, les investisseurs surveilleront l’ouverture jeudi de la conférence traditionnelle des banquiers centraux à Jackson Hole (Wyoming) qui doit se pencher sur les causes de la « médiocre productivité » et du « déclin du dynamisme » des économies.

Cet événement doit culminer vendredi par une prise de parole du patron de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell.

En pleine crise financière turque, « les marchés vont surveiller si les incertitudes internationales récentes vont influencer le programme de hausses de taux de la Banque centrale », ont estimé les analystes de Charles Schwab.

Des critiques de M. Trump rapportées lundi par la presse sur la politique de hausse de taux de la Fed ont eu peu d’effet sur les marchés boursiers mais davantage sur le dollar.

La Fed doit par ailleurs publier mercredi le compte-rendu de sa dernière réunion de politique monétaire qui avait abouti à un statu quo sur les taux d’intérêt.

Le marché obligataire se détendait: le taux à dix ans sur la dette américaine reculait à 2,820% contre 2,861% à la clôture vendredi, et celui à trente ans à 2,982% contre 3,020% en fin de semaine dernière.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article