Wall Street recule après les chiffres de l’emploi

Mots-clefs : , , , ,

Les futures sur le Dow ont été relativement stables pendant la nuit, évoluant au-dessous de 14 550 points. A partir de 10h45 du matin ils ont commencé à reculer. Ils cédaient du terrain jusqu’à l’ouverture du marché américain. Les indices, eux, poursuivaient la direction des contrats à terme dès le début de cotation. Après avoir atteint 14 434 points vers 16h, le Dow Jones et les autres indices ont commencé à rebondir. Ils se redressaient jusqu’à la fin de la séance. Au final, le Dow Jones a terminé en baise de 40,86 points ou 0,28% à 14 565,25 points.

Le S&P500 a reculé de 6,70 points ou 0,43% à 1 553,28 points. Le Nasdaq s’est replié de 21,12 points ou 0,65% à 3 203,86 points. Le Russell 2 000 a décliné de 0,26%.

Ce vendredi les indices ont bien cédé du terrain. Ce sont les chiffres de l’emploi aux décevants aux Etats-Unis qui ont tiré les indices vers le bas. Le secteur privé américain a confirmé avoir ralenti le rythme de croissance de créations d’emplois au mois de mars. Le taux de participation est tombé au plus bas depuis 1979. Malgré cette annonce, les indices ont réussi à rebondir et ne pas terminer à leurs niveaux les plus bas de la séance. Ce redressement s’explique probablement par l’hypothèse de l’intervention continue de la Fed. En effet, le marché de l’emploi américain montre des signes contradictoires ce qui conduira très probablement la Réserve Fédérale à poursuivre les rachats des bons du Trésor américain au-delà de cet été, contrairement à ce que le Président de la Fed de San Francisco avait déclaré  mercredi.

Désormais c’est le début de la saison des résultats que les investisseurs attendent. Lundi prochain c’est Alcoa qui l’ouvrira. Les investisseurs anticipent que les bénéfices des entreprises qui composent le S&P500 affichent une baisse de 1,9% au premier trimestre 2013, un repli pour la première fois depuis 2009.

L’actualité macroéconomique

Selon le département américain du Travail, l’économie américaine a créé 88 000 emplois au mois de mars en données CVS tandis que les analystes anticipaient 192 000 créations de postes. Certes, le taux de chômage a fléchi de 0,1% le mois dernier à 7,6% à son plus bas depuis décembre 2008, mais il s’agit du niveau des créations d’emplois le plus faible depuis juin 2012. La baisse du taux de chômage est plutôt inquiétante car elle provient du recul du taux d’activité qui mesure la part des actifs dans la population en âge de travailler, à 63,3%, au plus bas depuis 1979.

Le déficit commercial des Etats-Unis a enregistré une baisse surprise en février après s’être fortement creusé au mois précédent, selon le département du Commerce. Il est ressorti à $ 43 milliards en données CVS alors que les analystes tablaient sur son aggravation à $ 44,7 milliards. Les exportations américaines ont augmenté de 0,8% en février tandis que les importations sont restées relativement stables. Sur un an, le déficit commercial des Etats-Unis a reculé de 3,5%.

Les entreprises à la loupe

Alcoa (+0,24%) a gagné du terrain ce vendredi. Lundi le géant d’aluminium ouvrira la saison des résultats du premier trimestre 2013. Le groupe dévoilera ses comptes après la clôture du marché américain.

F5 Networks a plongé de 19,03% aujourd’hui après l’annonce de la révision à la baisse de ses prévisions des bénéfices pour le deuxième trimestre 2013. Ainsi, au moins six courtiers ont abaissé leurs objectifs de cours sur le titre. Ses rivaux, tels que Cisco (-2,04%) et Juniper Networks (-3,15%), ont également terminé dans le rouge.

Les titres des spécialistes du gaz naturel, tels que Nabors Industries (+5,91%), Cabot Oil&Gas (+5,14%), WPX Energy (+5,21%), Southwestern Energy (+4,21%), Newfield Exploration (+3,12%), CONSOL Energy (+3,09%) et Range Resources (+3,41%) ont gagné du terrain ce terrain, tirés vers le haut par le prix du gaz naturel qui a bondi suite à l’annonce de la baisse des stocks du gaz naturel aux États-Unis la semaine dernière.

Lundi

Aucune statistique majeure n’est prévue.


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article