Wall Street termine la semaine sur une note négative

Mots-clefs : , , , , ,

Les futures sur le Dow évoluaient entre 15 465 et 15 500 points pendant toute la nuit. A partir de 9h ils se sont orientés à la baisse. Après avoir atteint 15 429 points vers midi les contrats à terme sont repartis à la hausse. Les indices, eux, reculaient dès le début de cotation. Après avoir atteint 15 346 points vers 17h15, le Dow et les autres indices ont commencé à rebondir. Pendant les deux dernières heures de cotation ils fluctuaient sans direction réelle, dans un trading range serré. Au final, le Dow Jones a terminé en baisse de 72,81 points ou 0,47% à 15 425,51 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent Alcoa (+3,92%), Caterpillar (+0,66%) et Intel (+0,27%). Les plus grands perdants ont été Walt Disney (-1,55%), AT&T (-1,39%) et ExxonMobil (-0,47%).

Le S&P500 a cédé 6,06 points ou 0,36% à 1 691,42 points. Le Nasdaq a fléchi de 9,02 points ou 0,25% à 3 660,11 points. Le Russell 2 000 a reculé de 0,06%.

Ce vendredi les indices ont terminé légèrement dans le rouge malgré une forte progression du secteur de matières premières. Ce secteur a été le plus grand gagnant du jour suite à l’annonce de la production industrielle chinoise qui a augmenté de 9,7% en juillet en glissement annuel alors que les analystes anticipaient une hausse de 9%. Malgré le soutien de ce secteur les indices n’ont pas réussi à terminer dans le vert. La dynamique pendant la séance a été pareille que jeudi : au début de cotation les indices ont fortement reculé et ensuite ils se redressaient. Mais contrairement à jeudi leur rebond pendant la deuxième partie de la séance n’a pas été suffisant pour leur permettre de clôturer dans le territoire positif. Les résultats trimestriels et l’actualité macroéconomique ont été moins nombreux ce vendredi, réduisant ainsi le volume échangé. Il faut noter que généralement les volumes sont bien moins importants au mois d’août par rapport aux autres mois de l’année, ce qui explique partiellement l’hésitation des investisseurs.

La statistique du jour

Les stocks des grossistes aux Etats-Unis ont reculé contre toute attente pour le deuxième mois consécutif en juin, selon le Département américain du Commerce. Ils ont diminué de 0,2% par rapport au mois de mai alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,4% après une baisse de 0,6% enregistrée en mai (initialement estimé à -0,5%). Les ventes des grossistes ont augmenté de 0,4%, contre le consensus de +0,7%.

Les entreprises à la loupe

Les spécialistes de matières premières ont été les plus grands gagnants du jour suite à l’annonce de la production industrielle en Chine en juillet. Ainsi, les métaux cotés à COMEX (or, argent, cuivre) et à la London Metal Exchange (aluminium, nickel, zinc, étain, cuivre) ont tous progressé, tirant les titres comme Cliffs Natural Resources (+10,63%), Peabody Energy (+7,83%), US Steel (+4,26%), NUCOR (+4,02%), Consol Energy (+3,99%), Freeport-McMoran (+2,63%) et Alcoa (+3,92%), vers le haut.

BlackBerry a grimpé de 5,74% ce vendredi car selon Reuters qui cite des personnes proches du dossier le groupe canadien envisagerait la sortie de la cote.

Priceline.com a bondi de 3,87% aujourd’hui après l’annonce de ses résultats trimestriels. Le bénéfice ajusté par action du site spécialisé dans les voyages est ressorti à $ 9,7 contre les attentes de $ 9,36 et après $ 7,85 un an plus tôt. Son BPA net a été de $ 8,39 après $ 6,88 il y a un an. Son chiffre d’affaires s’est envolé de 26% en glissement annuel à $ 1,68 milliard alors que les analystes misaient sur $ 1,66 milliard. Pour le trimestre en cours le groupe estime que son BPA sera compris entre $ 15,3 et $ 16,3 contre le consensus de $ 15,9.

Gap a avancé de 3,12% car les ventes du retailer ont augmenté de 8% au deuxième trimestre 2013 en glissement annuel à $ 3,87 milliards. Ainsi, le groupe prévoit désormais que son BPA trimestriel sera compris entre $ 0,62 et $ 0,64 contre le consensus de $ 0,59 avec le chiffre d’affaires de $ 3,8 milliards.

Nvidia a reculé de 1,42% ce vendredi suite à la publication de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels du spécialiste de processeurs et cartes graphiques s’est établi à $ 0,23 contre les anticipations de $ 0,13. Son BPA net a été de $ 0,16. Son chiffre d’affaires a diminué de 6,4% en glissement annuel à $ 977,2 millions alors que les analystes s’attendaient à $ 980 millions.

Juniper Networks s’est replié de 5,64% aujourd’hui car le groupe a déclaré que le Département américain de la Justice a ouvert une enquête pour comprendre si l’équipementier des réseaux avait donné des pôts-de-vins aux responsables gouvernementaux étrangers.

JCPenney a chuté de 5,78% et a été le plus grand perdant du S&P500 ce vendredi. Jeudi Bill Ackman, gérant de hedge fund Pershing Square Capital Management et actionnaire de JCPenney à hauteur de 18%, a écrit une lettre au conseil d’administration du groupe, demandant d’accélérer la recherche d’un candidat pour remplacer le PDG actuel Myron Ullman. Certes, le conseil d’administration avait décidé le 22 juin de s’octroyer 6 mois pour remplacer Myron Ullman, mais il n’a pas vraiment apprécie la lettre publique de Bill Ackman. Le président du conseil de JCPenney, Thomas Engibous, a réaffirmé sa confiance dans le travail mené par Myron Ullman.

Lundi

20h : Budget américain


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article