Cluster à Bordeaux: 5.000 doses pour un quartier entier

Mots-clefs : , , , , , ,

Quelque 5.000 doses arriveront la semaine prochaine pour commencer à vacciner toute la population majeure d’un quartier de Bordeaux après la découverte d’un cluster d’une cinquantaine de cas positifs à un variant “préoccupant”, a-t-on appris samedi auprès de l’Agence régionale de Santé.

Un centre éphémère de vaccination va être mis en place “si possible dès mercredi” dans ce quartier de Bacalan, dans le nord de la ville, par ailleurs a indiqué la mairie de Bordeaux.

Pour l’alimenter, 15.000 doses de vaccin supplémentaires vont être acheminées dans les trois semaines, dont 5.000 dès la semaine prochaine, selon l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Elles serviront aussi à fournir en vaccin Moderna des pharmacies du quartier et des alentours afin d’accélérer l’opération.

L’ARS avait annoncé vendredi qu’un cluster s’était formé à Bacalan avec des personnes, une cinquantaine pour l’instant, positives à un variant “déjà connu mais très rare jusqu’à présent” dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

“C’est un +variant préoccupant+, comme l’étaient par exemple les variants anglais et indien. Sa souche est anglaise mais avec une mutation”, avait expliqué à l’AFP le professeur Patrick Dehail, conseiller scientifique et médical de l’ARS.

Appelé VOC 20I/484Q, il est pour la première fois à l’origine d’un cluster aussi important. Le cluster à Bordeaux s’est formé à partir de “deux chaînes de transmission” selon Santé publique France. “Elles touchent un quartier de Bordeaux et d’autres quartiers/communes à proximité”.

Les personnes testées positives, en majorité jeunes, enfants et parents de jeunes enfants fréquentant une même école, n’ont pas été hospitalisées et présentent “les symptômes habituels, voire pas de symptômes” d’après le professeur Dehail.

Pour le directeur de l’ARS Nouvelle-Aquitaine Benoît Elleboode, cité par francetvinfo.fr, “des éléments indiquent que ce variant n’est pas résistant à la vaccination, puisque les personnes plus âgées (…) ont l’air de ne pas avoir été contaminées par ce virus”.

“C’est un avertissement! Il y a de l’euphorie depuis mercredi (et la réouverture des terrasses, commerces non essentiels et lieux de culture, ndlr), et je la partage, mais il ne faut surtout pas baisser la garde”, a déclaré à l’AFP le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic, qui s’est rendu samedi au centre de dépistage massif installé vendredi à Bacalan.

Envion 260 personnes ont pu être testées vendredi dans ce centre monté en urgence, a expliqué Vincent Maurin, le maire de quartier de Bordeaux-Maritime, qui comprend Bacalan (environ 8000 habitants).

Les résultats de cette première journée de dépistage sont attendus en cours de semaine prochaine.

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article