La Bourse de Paris chute, dans la roue de Wall Street

Mots-clefs : , , , , , ,

La Bourse de Paris reculait de 0,91% dans les premiers échanges vendredi, affectée par le recul à Wall Street la veille sur fond de nouvelle remontée des taux d’intérêt, et avant la publication d’un rapport sur l’emploi américain dans la journée.

Vers 09H15, l’indice parisien perdait 52,90 points à 5.777,75 points, au lendemain d’une clôture à l’équilibre (+0,01%).

Une forte tension est de nouveau intervenue jeudi sur le rendement des bons du Trésor américains à dix ans, qui a clôturé au plus haut depuis un an à 1,56%. Les investisseurs ont jugé peu rassurante une prise de parole du patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell, balayant les craintes inflationnistes.

Inquiète, Wall Street a chuté, le Dow Jones perdant 1,11%, le Nasdaq 2,11% et le S&P 500 1,34%.

“S’il s’agissait de tester la sensibilité des marchés à l’approche du prochain FOMC (la réunion de politique monétaire, ndlr) des 16 et 17 mars, c’est chose faite. Ceux-ci sont, à l’évidence, dans l’attente d’action”, réagit Véronique Riches-Flores, du cabinet Riches Flores Research.

Malgré le sentiment d’inquiétude ambiant, la situation est pour l’heure loin d’être alarmiste, tant sur les taux d’intérêt, toujours à des niveaux très bas historiquement, que sur les reculs boursiers récents.

L’indice CAC 40 reste en hausse de 4% depuis le début de l’année et Wall Street est globalement stable depuis le 1er janvier, sauf l’indice Nasdaq qui perd 1,28% après une hausse de 43% en 2020.

Traditionnellement surveillé, d’autant plus depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, le rapport mensuel américain sur l’emploi pourrait donner une toute autre direction au marché dans l’après-midi.

Parmi les autres indicateurs du jour, le déficit commercial français a été stable à 3,7 milliards d’euros en janvier, au plus bas depuis juin 2016.

Les techs chahutées

Worldline perdait 1,32% à 70,10 euros, STMicroelectronics 0,48% à 29,11 euros, Dassault Systèmes 1,23% à 169,00 euros. Les valeurs tech reculaient dans le sillage du plongeon jeudi de l’indice Nasdaq à forte coloration technologique.

CGG creuse ses pertes

Le groupe parapétrolier (-3,67% à 1,04 euros) a creusé ses pertes en 2020 sous l’effet de la crise pétrolière qui a suivi la pandémie mais table sur une reprise progressive du marché cette année.

Fonte du bénéfice pour Dassault Aviation

Le constructeur aéronautique (-2,22% à 926 euros) a vu son bénéfice net fondre de 57% en 2020, à 303 millions d’euros, sous l’effet de la crise du Covid-19 ayant frappé son activité d’aviation d’affaires et de moindres livraisons d’avions de combat Rafale.

Suez sourit face à Veolia

Le groupe (-0,68% à 17,47 euros) a marqué un point jeudi dans sa guerre judiciaire avec Veolia (-0,81% à 22,10 euros), dans un dossier concernant un montage juridique destiné à contrecarrer le projet de son grand rival pour le racheter.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article