La Bourse de Paris se hisse au-dessus des 5.800 points (+0,53%)

Mots-clefs : , , , , , ,

La Bourse de Paris poursuivait sur sa lancée positive (+0,53%) jeudi matin, profitant du nouvel élan de Wall Street la veille, des propos rassurants du président de la Fed ayant permis de freiner la remontée des taux.

A 09H25 (08H25 GMT), l’indice vedette CAC 40 gagnait 30,64 points à 5.828,62 points, au lendemain d’une avancée de 0,31%.

« Le marché boursier parisien a retrouvé un nouvel élan » mais « le risque d’une baisse des actions demeure », avertit Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg, d’autant que le taux américain à dix ans repartait à la hausse ce jeudi, tout comme les rendements obligataires européens.

Il évoluait autour de 1,43%, un nouveau plus haut en un an alors qu’il avait reflué jusqu’à 1,37% la veille.

« Le marché reste dans une période d’incertitude et tout franchissement du seuil psychologique situé à 1,50% sur le dix ans américain pourrait entraîner une nouvelle vague de chute des actions », complète-t-il.

L’accalmie aura donc été de courte durée sur le marché obligataire après que le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a de nouveau apaisé mercredi les craintes inflationnistes qui se matérialisent depuis plusieurs séances par une nette remontée des taux des emprunts d’Etat.

Côté indicateurs, le moral des ménages en France a de nouveau légèrement baissé en février, après son net repli de janvier, la part de ceux qui veulent épargner, tout comme leur capacité d’épargne, atteignant des niveaux historiques, selon l’Insee.

Le moral des consommateurs allemands devrait pour sa part s’améliorer en mars, indique le baromètre GFK.

Mais ce sont surtout « la confiance du consommateur de février en zone euro et la deuxième estimation de croissance du quatrième trimestre aux États-Unis qui seront à l’honneur », précise John Plassard, responsable de l’investissement chez Mirabaud.

Les investisseurs devaient en outre digérer une nouvelle salve de publications d’entreprises.

Air France reprend encore de l’altitude

La compagnie aérienne, qui a profité ces derniers jours de la perspective d’un déconfinement progressif au Royaume-Uni, signal positif pour les valeurs du voyage et des loisirs, décollait de 8,28% à 5,86 euros.

Nexity en forme

Le premier promoteur français bondissait de 6% à 40,98 euros après avoir augmenté son chiffre d’affaires de 8% en 2020, grâce à une accélération de son activité au second semestre, et avoir réalisé une « année exceptionnelle » sur le plan commercial.

Axa chapeaute le CAC 40

L’assureur (+2,71% à 20,86 euros) a dévoilé jeudi un bénéfice net en baisse de 18% en 2020, à 3,16 milliards d’euros, principalement à cause de la pandémie et des « mesures de solidarité ».

Ipsos salué

Ipsos décollait de 5,94% à 32,10 euros, porté par un bénéfice net qui a progressé de 4,5% l’an dernier, notamment grâce à de fortes économies au second semestre et aux aides gouvernementales.

SES plombé par son activité vidéo

L’opérateur européen de satellites était en revanche lesté (-6,95% à 6,42 euros) par une perte nette et une baisse de 4,5% de son chiffre d’affaires en 2020, sur fond de poursuite du déclin de son activité vidéo, sa principale source de revenus.

Safran limite la casse

Safran reculait de 0,99% à 119,80 euros. Le groupe est parvenu à rester bénéficiaire en 2020, publiant un bénéfice net de 352 millions d’euros, malgré la crise historique du secteur aérien due à la pandémie de Covid-19.

Actualité économique sur moneyvox.fr

Partager cet article