La réforme des retraites entrera en vigueur dès l’été 2023 selon Emmanuel Macron

Mots-clefs : , , , , , , ,

Pour sa première interview depuis la présidentielle, accordée à plusieurs titres de la presse quotidienne, le chef de l’Etat dévoile sa «nouvelle méthode» et laisse clairement entendre qu’il ne nommerait pas Jean-Luc Mélenchon en cas de victoire de la Nupes aux législatives.

Il est 10 heures, ce vendredi 3 juin, quand Emmanuel Macron fait son apparition dans le salon des Ambassadeurs de l’Élysée, un salon couvert de dorures et d’anges en marbre. Il vient accorder sa première interview depuis le 24 avril au soir. Depuis sa victoire, l’eau a coulé sous les ponts : l’affaire Abad, les heurts autour du Stade de France et l’inflation ont percuté son début de mandat.

C’est dans ce contexte que le chef de l’État cherche à reprendre la main. Dans sa besace : un changement radical de méthode. Lui que ses adversaires décrivent comme un président qui décide seul annonce, dans cet entretien à plusieurs titres de la presse quotidienne régionale, dont Le Parisien – Aujourd’hui en France, la création d’un « Conseil national de la refondation ». Il sera constitué de toutes les forces vives et de citoyens tirés au sort.

Convoqué après les législatives, il aura vocation, assure l’Élysée, de chercher des solutions en commun sur l’école, les retraites, la santé, etc. Voilà pour les chantiers. Mais à moins de dix jours du premier tour des législatives, Emmanuel Macron se presse aussi d’entrer dans l’arène politique. Il décoche ses coups contre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qu’il accuse d’incarner « le désordre et la soumission ». Surtout, il laisse clairement entendre que, même en cas de victoire de la France insoumise, il ne nommerait pas Mélenchon à Matignon.

À midi, un huissier tend un petit bout de papier au président. « Ah, il faut que j’aille décorer Billie Jean King ». La France rend les honneurs à la grande championne de tennis américaine, figure de la lutte pour les droits des femmes. Le chef de l’État se lève et file en salle des Fêtes.

Cinq semaines après votre victoire, il ne s’est pas passé grand-chose… Pourquoi ce sur-place ?

EMMANUEL MACRON. Il faut distinguer agir vite et fort, et la précipitation. La guerre en Europe aura des conséquences directes sur nos vies. Le temps des crises durera. J’ai utilisé les premières semaines de ce mandat pour demander au gouvernement un texte sur le pouvoir d’achat (pour les salariés, les fonctionnaires, pour les jeunes, pour les bénéficiaires de minima sociaux, sur l’alimentation, etc.). Ces dernières semaines ont aussi été consacrées au soutien à l’Ukraine. Puis, il y a eu le temps des investitures et de la formation du gouvernement.

Vous n’avez pas bénéficié d’état de grâce. Vous le regrettez ?

Une réélection n’est pas une élection. En 1988 et en 2002, y avait-il eu un état de grâce ? Nous vivons une période historique et exceptionnelle. Il n’y a pas de semaines folles ou des mois heureux.

Où en est-on de la « nouvelle méthode » de travail que vous aviez promise ?

J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre, je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et des citoyens tirés au sort. Il faut rassembler la Nation autour de ces priorités. Ce conseil, que je lancerai moi-même, sera enclenché dès après les législatives. Je souhaite que la Première ministre et son gouvernement puissent le faire vivre.

Comment cela va-t-il se dérouler ?

Il y aura une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers. Ce sera l’instance dans laquelle nous ferons vivre nos réformes… La première sera le pouvoir d’achat. Nous allons apporter des réponses aux fonctionnaires, avec le point d’indice, aux retraités… Dès cet été, seront votés la loi pouvoir d’achat et un texte de simplification et d’urgence pour les projets d’énergie. Ensuite, nous entamerons les grands chantiers : production, écologie, services publics. Quant au travail sur la réforme des retraites, qui est indispensable au financement de nos transformations, il commencera après ce conseil et la réforme entrera en vigueur dès l’été 2023.

Pourquoi ce clin d’œil au Conseil national de la Résistance ?

Nous vivons un temps comparable. Nous sommes dans une ère historique qui impose de changer profondément de modèle, et puis, la guerre est là. Dans le cadre de ce Conseil national de la refondation, je veux que, sur l’école et la santé, soient définis nos objectifs et les moyens. Puis, dès septembre, je souhaite que des discussions aient lieu sur le terrain, dans les 1 200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes, pour la santé, par exemple, les médecins, les paramédicaux, les élus et nos associations de patients. On va se donner plusieurs mois pour identifier les besoins et bâtir des projets. En sortira une feuille de route et des moyens chiffrés. Idem pour l’école. On mettra ensemble personnels éducatifs, parents d’élèves, personnel périscolaire, élus et lycéens. Cette révolution culturelle part du terrain et associe tous les acteurs. Nous mettrons les moyens correspondants. Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut. Ils ont plus de bon sens que les circulaires. Paris doit être au service du terrain.

Le job dating pour recruter des enseignants, est-ce de la liberté, de la souplesse ?

Il y a urgence, le rectorat devait y répondre. Mais il faut répondre en profondeur au mal. Nous devons revaloriser la profession d’enseignant, réexpliquer qu’il s’agit d’un métier essentiel. Il faut aussi revaloriser les salaires, donner de la liberté pédagogique et accompagner les premières années, y compris pour que les jeunes enseignants puissent se loger. Et permettre aux directrices et directeurs d’établissement de donner leur avis sur le recrutement. Cela permet de s’assurer que la personne recrutée adhère au projet pédagogique.

Les maths reviennent en option, en première. Les supprimer était-il une erreur ?

C’est facile de dire que c’était une erreur. On rencontre le même problème dans notre système scolaire : on n’apprend pas à se tromper et à se corriger. Ce nouveau pacte sera mis en place progressivement jusqu’à la rentrée 2023.

Dans le projet de loi sur le pouvoir d’achat, il y aura un chèque alimentaire pour les plus fragiles. De quel montant et quand ?

Ce chèque alimentaire doit être simple. L’idée est plutôt qu’il soit versé en une fois. Ensuite, il faudra aller vers des dispositifs plus ciblés, comme sur l’essence, avec un dispositif pour les gros rouleurs dès cet automne. La bonne réponse au pouvoir d’achat, c’est-à-dire en agissant à la racine, est double. La première, c’est continuer notre investissement pour que plus de gens aient un travail et que le travail paye mieux. Dès cet été, la réforme France Travail (ex-Pôle emploi), pour ramener le plus possible de chômeurs vers l’emploi, va être engagée. La seconde réponse est d’accélérer la sortie de nos dépendances au gaz et au pétrole.

Sur l’essence, est-ce que les aoûtiens auront toujours la ristourne de 18 centimes ?

Oui. Il faut qu’il y ait une visibilité pour nos compatriotes. Je vous la donne.

Gérald Darmanin laisse entendre que les excès de vitesse de moins de 5 km/h pourraient ne plus donner lieu à retrait de points. Vous confirmez ?

Un travail est en cours. Cette philosophie qui consiste à garder notre exigence en matière de sécurité routière et avoir du bon sens est une bonne philosophie.

En mars 2020, vous disiez vouloir mettre en place un plan massif pour l’hôpital. Aujourd’hui, certains services d’urgences sont fermés. Que s’est-il passé ?

Notre pays considère que tout problème a forcément une solution heureuse dans l’argent public. Ce n’est pas vrai. Nous avons revalorisé deux millions de soignants, avec des revalorisations qui vont de 184 à plus de 400 euros par mois ! On a investi 19 milliards qui vont petit à petit arriver. Les personnels hospitaliers ont le sentiment d’un tunnel dont ils ne sortent jamais. Il faut regarder service d’urgence par service d’urgence et Samu par Samu, territoire par territoire, où il y a des besoins.

Aviez-vous besoin d’une mission flash pour cela ?

Évidemment. Sinon quoi ? Je me contente de lire les articles de presse ? Dès juillet, on va prendre des décisions d’urgence indépendamment du Conseil de refondation pour permettre une réponse adaptée à la centaine de situations identifiées.

Faut-il réintégrer les soignants non vaccinés ?

Il ne faut pas confondre les difficultés de nos hôpitaux avec la suspension des personnels de santé non vaccinés. On parle de personnels qui ont fait le choix en conscience, contestable sur le plan déontologique, de ne pas protéger les autres. Lorsque les autorités sanitaires nous diront qu’on est revenus dans une situation qu’on appelle endémique, qu’il n’y a plus de risque, à ce moment-là, un travail de réintégration se fera. Mais, pour toutes ces personnes qui sont suspendues, je rappelle qu’un accompagnement social, dans les Antilles en particulier, a été proposé.

La vaccination contre la grippe pourrait-elle être rendue obligatoire pour certaines catégories de personnes ?

Non, je ne vais pas faire des annonces ici. Un vrai travail de pédagogie est à faire. Un bon système de santé fonctionne quand la prévention est là. C’est une de nos faiblesses structurelles. Et, quand je parle de prévention, c’est la vaccination. Se vacciner contre la grippe, contre les virus connus est un élément important d’une politique de prévention.

Un grand nombre de réacteurs nucléaires sont à l’arrêt, alors même que le recours à d’autres sources d’énergie est coûteux en ce moment. Comment l’expliquer ?

Nous avons des standards de sécurité qui ont beaucoup monté depuis dix ans et grâce auxquels nous avons un nucléaire sûr dans notre pays. Dès qu’il y a le moindre défaut, tout de suite, on suspend pour le comprendre et corriger. La feuille de route est énorme, c’est pour ça que j’ai souhaité mettre en place un vrai ministère de l’énergie indépendant. On va accélérer nos investissements sur le parc existant, sur le nouveau parc et sur les innovations pour aller vers des réacteurs modulables et de petite taille, de même que sur les énergies renouvelables.

Doit-on craindre des coupures d’électricité l’hiver prochain ?

Je veux vous rassurer : il n’y a aucun risque de coupures parce que, quand il y a des besoins, on s’approvisionne sur le marché européen. Quand j’entends à l’extrême gauche ou à l’extrême droite des propositions consistant à dire qu’il faut sortir du marché énergétique européen, c’est une absurdité ! Ce que proposent M. Mélenchon comme Mme Le Pen, c’est le black-out, un risque de coupures ! Aujourd’hui, il y a des semaines où on ne produit pas assez et EDF achète l’énergie chez les voisins. À l’inverse, il y a des semaines où l’on produit plus que ce dont on a besoin et on vend notre énergie aux voisins.

Il n’y a pas de figure écologiste au gouvernement, vous n’arrivez plus à séduire ?

Je ne raisonne pas comme cela. J’ai fait le choix de mettre l’écologie au cœur du gouvernement. Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, la Première ministre est chargée de la planification écologique. C’est dans son titre, et ça va tout irriguer. C’était une demande des écologistes et des scientifiques, qui préfèrent avoir une bonne organisation à la tête de l’État plutôt qu’une personnalité qui ne prend pas les bonnes décisions et n’a pas les moyens d’agir. Et nous allons commencer dès cet été, avec la loi pour faciliter les projets d’énergie, et dès la rentrée, en engageant le déploiement de capteurs de qualité de l’air dans les écoles.

Comment avez-vous pu hésiter entre Catherine Vautrin et Élisabeth Borne, qui ont des sensibilités politiques très différentes, pour Matignon ?

Qui vous a dit que j’ai hésité ?

Vos proches…

Comme disait le général de Gaulle, il faut que je lise la presse pour savoir ce que je pense ? Madame Vautrin est une élue de qualité, qui sera amenée à avoir des responsabilités dans ce quinquennat — je le souhaite — mais les profils ne sont effectivement pas comparables ni substituables. Les choix que j’ai faits, à la fois de la Première ministre et pour le gouvernement, traduisent à la fois la continuité, la solidité et le renouvellement.

L’écart de profils entre Jean-Michel Blanquer et Pap Ndiaye est tout aussi surprenant ?

Je veux rendre hommage à Jean-Michel Blanquer. Il a conduit beaucoup de transformations sur lesquelles son successeur va pouvoir continuer à bâtir et il est un très grand républicain. Mais il est sain, en particulier pour un tel ministère, de pouvoir changer. Jean-Michel Blanquer sera également amené à reprendre des responsabilités.

Pourquoi avoir choisi Pap Ndiaye ?

Il incarne l’égalité des chances et le parcours républicain. Avec des sensibilités, certes, différentes de Jean-Michel Blanquer, mais dans une continuité, parce que la politique qui sera appliquée est celle dans laquelle je m’engage devant les Françaises et les Français. Pap Ndiaye n’est pas de celles et ceux qui remettent en cause l’universalisme républicain comme j’ai pu l’entendre. Je l’ai également choisi, enfin, parce que nous avons des réformes essentielles à engager.

Lesquelles ?

Il faudra déployer l’évaluation des savoirs fondamentaux en CM2 et mener des transformations inédites au collège, notamment au niveau de la 6e, qui est une classe bascule, comme l’est le CP.

Damien Abad fait l’objet d’accusations graves. Est-ce que vous regrettez de l’avoir nommé, et craignez-vous qu’il ne soit pas en mesure de mener à bien ses missions ?

Nous avons aidé et accompagné la libération de la parole face aux violences que subissent les femmes. C’est un combat que j’ai mis au cœur de ce quinquennat, l’égalité femme-homme restant la grande cause. La protection de la présomption d’innocence est importante aussi. Damien Abad y a droit comme tout citoyen. Je souhaite qu’il puisse mener à bien son travail.

Avez-vous été choqué par les images d’enfants aspergés par des gaz lacrymogènes au Stade de France ?

J’ai été, comme nous tous, indigné par le désordre sous toutes ses formes et par ce que nous avons vu. Je suis attaché à l’ordre et au calme. J’ai une pensée pour les familles qui ont été bousculées, qui n’ont pas pu accéder aux places qu’elles avaient payées. C’est pour cela que je souhaite qu’on puisse les indemniser le plus vite possible. Je veux aussi la transparence. J’ai demandé au gouvernement de clarifier ce qui s’est passé, de déterminer les responsabilités et de les expliquer dans les moindres détails à nos compatriotes, aux Britanniques et aux Espagnols.

Les Gilets jaunes, le Stade de France : avons-nous un problème dans notre pays avec le maintien de l’ordre ?

Il y a surtout un problème de violence. Il faut avoir une grande exigence à l’égard des forces de l’ordre. J’ai toujours été très exigeant là-dessus, mais je ne connais aucun policier ou gendarme qui s’engage pour autre chose que pour protéger ses compatriotes. Le problème, c’est que la violence est de plus en plus désinhibée dans l’espace public. Il y a aussi un immense chantier à mener sur les réseaux sociaux.

Jean-Luc Mélenchon dit : « Moi élu, ce ne sera pas forcément le paradis, mais ce ne sera plus l’enfer ». Est-ce qu’on vit en enfer en France ?

Il y a une jolie formule de Sylvain Tesson qui dit que « la France est peuplée de gens qui vivent au paradis mais croient être en enfer »… Notre démocratie vit une crise comme toutes les démocraties. C’est pour cela aussi que je veux prendre cette nouvelle méthode. Nos compatriotes veulent être associés aux décisions.

Cela passe par une réforme institutionnelle ?

Je mettrai en place la commission transpartisane promise durant la campagne dès cet automne. Notre système est imparfait. Le projet de Jean-Luc Mélenchon ou de Marine Le Pen, c’est le désordre et la soumission. Ils expliquent qu’il faut sortir de nos alliances, de l’Europe, et bâtir des alliances stratégiques avec la Russie. C’est la soumission à la Russie. J’ai lu le programme de la Nupes. Ils y citent vingt fois le mot taxation et trente fois le mot interdiction, ce qui donne une idée assez claire de l’esprit du programme… C’est un projet de liberté sans doute ? Cela ne va pas rendre les gens fous, ça ?

Vous ne nommerez pas Jean-Luc Mélenchon à Matignon s’il l’emporte ?

Je n’ai jamais fait de politique-fiction. Je souhaite que, dans la continuité de l’élection présidentielle, les Français fassent le choix de la solidité : d’une majorité stable et sérieuse pour les protéger face aux crises et pour agir pour l’avenir. Après, il y a une Constitution. Il est rare de gagner une élection à laquelle on ne se présente pas. Le président choisit la personne qu’il nomme Premier ministre en regardant le Parlement. Aucun parti politique ne peut imposer un nom au président.

L’abstention s’annonce encore une fois très forte. Avez-vous une part de responsabilité ?

Toutes les démocraties sont concernées. Je vois un paradoxe dans nos sociétés, où la volonté de s’exprimer est très forte mais avec une désaffection pour les élections. Il faut redonner de la vitalité à notre débat démocratique. C’est pour cela que je veux ouvrir la question de la proportionnelle. Je souhaite lancer cette réforme à l’automne et avoir les conclusions dès 2023.

Vous avez nommé Yaël Braun-Pivet après l’Appel de Fort-de-France des cinq présidents des départements et régions d’Outre-mer demandant à revoir la relation entre la métropole et les territoires et qui sous-tend une demande d’autonomie. Quelles instructions avez-vous données à votre ministre de l’Outre-mer ?

D’aller très vite au contact, de préparer cet agenda et de préparer le déplacement que je compte moi-même faire très vite avec une obsession : être au service de nos compatriotes et répondre à la vie chère, aux défis écologiques, économiques et sociaux. Je suis pour du concret, et changer les vies.

Qu’attendez-vous de Justine Benin, nommée à la Mer ?

Qu’elle déploie l’agenda que j’ai annoncé à Montpellier, confirmé à Nice, Brest et en Polynésie, qui est une ambition maritime française fondamentale. Nous sommes reconnus comme la deuxième puissance maritime mondiale et nous disposons d’un patrimoine qu’il faut protéger et valoriser de manière durable.

C’était un ministère, pourquoi en avoir fait un secrétariat d’État ?

L’essentiel, c’est que ce soit une entité propre rattachée au Premier ministre.

Comptez-vous aller à Kiev prochainement ?

J’y suis allé en février pour tenter d’éviter la guerre. Aujourd’hui, je n’exclus rien. Nous venons de prendre une décision historique avec le sixième paquet de sanctions avec un embargo sur 90 % du pétrole russe. Nous voulons accroître le soutien financier et militaire à l’Ukraine. Et enfin, tout faire pour sortir les céréales d’Ukraine. Les Ukrainiennes et les Ukrainiens se battent avec courage, ils méritent notre soutien et notre respect.

Les livraisons d’armes à l’Ukraine se poursuivent. Six canons Caesar ont été envoyés mais ils ont été prélevés sur les forces françaises. Cela nous affaiblit-il ?

Ces livraisons seront compensées. Et j’ai demandé à nos industriels d’accélérer la production d’armements, il ne s’agit pas seulement de reconstituer nos stocks mais aussi de renforcer notre indépendance.

On parle de livraison d’armes, on voit des pays voisins qui veulent rejoindre l’OTAN… Y a-t-il un risque d’escalade ?

La situation est préoccupante, c’est vrai. C’est pour ça que j’y ai mis tant de temps et d’énergie. Je ne compte plus les conversations que j’ai eues avec Vladimir Poutine depuis décembre. En tout, une centaine d’heures en transparence et à la demande de (Volodymyr) Zelensky. Il ne faut pas humilier la Russie pour que le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques. Je suis convaincu que c’est le rôle de la France, d’être puissance médiatrice.

Quelle est votre perception de Vladimir Poutine ?

Je pense, et je lui ai dit, qu’il a fait une erreur historique et fondamentale pour son peuple, pour lui-même et pour l’Histoire. La Russie n’en demeure pas moins un grand peuple. Je pense qu’il s’est isolé. S’enfermer dans l’isolement est une chose, savoir en sortir est un chemin difficile.

Cette guerre peut-elle entraîner des pénuries de biens de consommation pour les Français ?

Il n’y a aucun risque. Mais quand il y a une pénurie parfois, c’est lié à des comportements de stockage car, justement, les gens en ont peur.

Pour détendre l’atmosphère et terminer cet entretien, une question plus légère : vous qui êtes supporter de l’OM…

Paraît-il…

Kylian Mbappé a dit que vous aviez échangé sur son choix de rester au PSG. Quel rôle avez-vous joué ? Est-ce votre rôle ?

(Il rit.) Je vous rassure, je n’interviens dans aucun transfert ! Je suis comme chaque citoyen quand il s’agit de sport, avec une volonté de voir du beau jeu et de soutenir une équipe, en l’espèce l’Olympique de Marseille. J’ai eu une discussion avec Kylian Mbappé en amont, simplement pour lui conseiller de rester en France. Quand il est sollicité de manière informelle et amicale, c’est le rôle d’un président de défendre le pays.

Partager cet article