Le laboratoire GSK plombé par la pandémie au 1er trimestre

Mots-clefs : , , ,

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a vu son bénéfice net chuter quasiment d’un tiers au premier trimestre, en raison d’une baisse de la demande pour les antibiotiques et autres vaccins du fait de la pandémie. Son bénéfice net est tombé à 1,1 milliard de livres, sous l’effet d’une chute de 18% à 7,4 milliards de livres de son chiffre d’affaires, selon un communiqué.

Le laboratoire, qui n’a pas encore pu mettre sur le marché de vaccin contre le Covid-19, a paradoxalement souffert de la pandémie, alors que la demande de produits et services médicaux a bondi depuis un an, et tiré le bilan de nombreux concurrents.

Un espoir pour 2022

Le virus a éclipsé nombres d’autres maladies, ce qui a conduit à une baisse des ventes de nombreux traitements, comme les antibiotiques et des vaccins, notamment le Shingrix contre le zona. “Notre premier trimestre est conforme à nos attentes et reflète l’impact du Covid-19”, relève Emma Walmsley, directrice générale du groupe.

“Nous continuons à attendre une amélioration significative de notre performance pour le reste de l’année”, souligne-t-elle. Le groupe s’attend néanmoins à un recul entre 5 et 10% de son bénéfice net à données comparables en 2021, avant de meilleures performances en 2022.

(Avec AFP)  

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article