Le Livret d’épargne populaire prend le dessus sur le Livret A

Avec une hausse significative de sa collecte nette en octobre, atteignant 4,77 milliards d'euros, le LEP semble devenir le nouveau favori de l'épargne réglementée. Dans le même temps, le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) ont connu une décollecte nette de 4,44 milliards d'euros (3,77 milliards pour le Livret A et 670 millions d'euros pour le LDDS).

Cette tendance suggère que de nombreux épargnants, détenant à la fois un Livret A (ou LDDS) et un LEP, ont préféré déplacer leurs fonds du premier vers le second. Cette décision s'explique par le taux de rendement attractif du LEP, fixé à 6% depuis le 1er août, soit le double du Livret A, dont le taux reste figé à 3%. De plus, depuis le 1er octobre, le plafond de versement du LEP a été augmenté, passant de 7 700 euros à 10 000 euros. Les épargnants ont donc trouvé avantageux de transférer une partie de leurs fonds du Livret A à 3% vers le LEP offrant un taux plus attractif.

Bien que le LEP ait récemment dépassé les 10 millions de détenteurs, contre 7 millions en janvier 2022, il reste loin derrière le Livret A qui compte 55 millions de titulaires. De plus, en termes d'encours, le LEP, cumulant 63,8 milliards d'euros à fin octobre, pèse moins lourd que les Livrets A et LDDS combinés, qui ont atteint un niveau record de 551,1 milliards d'euros fin septembre.

Malgré l'engouement actuel, il est important de noter que le LEP a déjà eu un nombre de titulaires et un encours plus élevés dans le passé, atteignant 13,2 millions de détenteurs et jusqu'à 65 milliards d'euros d'encours en 2008, selon la Banque de France.

En analysant les résultats d'octobre, Philippe Crevel, président du Cercle de l'épargne, souligne que ce mois est traditionnellement difficile pour le Livret A, remontant à dix ans pour retrouver une collecte positive en octobre, précisément en 2012, lorsque le plafond du Livret A avait été augmenté à 19 125 euros. Crevel met en avant les dépenses de rentrée scolaire et le paiement de la taxe foncière comme des facteurs qui ont pu inciter les ménages à puiser davantage sur leurs Livrets A ce mois-ci.

Bien que le LEP connaisse actuellement une popularité croissante, il reste à voir si cette tendance se maintiendra dans la durée, compte tenu des fluctuations historiques de l'épargne réglementée et des facteurs saisonniers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom