L’hôtellerie-restauration a perdu 237.000 employés pendant la crise

Mots-clefs : , , , ,

C’est l’hécatombe. En pleine crise du Covid-19, le secteur de l’hôtellerie-restauration a perdu 237.000 employés entre entre février 2020 et février 2021 selon une étude publiée mardi 28 septembre par la Dares (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques), rattachée au ministère du Travail. Et ce, alors que le secteur gagnait 50.000 nouvelles recrues par an sur les deux années pré-Covid.

Un secteur déserté

Certes, le secteur connaît traditionnellement un fort turn-over. En temps normal, c’est un tiers de l’effectif qui se renouvelle, soit environ 420.000 nouvelles personnes par an. Ce sont seulement 213.000 nouveaux salariés qui ont rejoint les rangs de l’hôtellerie-restauration entre février 2020 et février 2021. S’ils étaient moins à intégrer le secteur ils étaient à l’inverse beaucoup plus à le quitter. Sur la période, ils sont 450.000 au total à avoir quitter leur établissement de travail, contre près de 379.000 l’année précédente, soit 71.000 salariés sur le départ de plus.

Le redémarrage de l’activité et la levée des restrictions sanitaires a dévoilé de grandes difficultés de recrutement: ‘‘trois salariés sur dix travaillent dans des entreprises qui signalent un manque de personnel, et un salarié sur dix attribuent cette situation au départ non anticipé de salariés placés en activité partielle’’, rapporte la Dares. En effet, en février 2021, 67% de l’effectif du secteur, soit 722.000 salariés sont placés en activité partielle. Parmi eux, ils sont 7% à cumuler plusieurs contrats dans un secteur totalement diffèrent de l’hôtellerie-restauration. Au total, c’est donc 21.000 salariés de plus que l’année précédente qui ont quitté l’hôtellerie-restauration pour un tout autre domaine d’activité. Certains ont donc tout simplement quitté le secteur au moment de la fermeture administrative des établissements, alors que d’autres, alors au chômage partiel, ont cumulé plusieurs contrats. Entre février 2020 et février 2021, ils étaient 25.000 à avoir un deuxième contrat ailleurs pendant la fermeture des établissements. De ce fait ‘’46.000 salariés étaient potentiellement indisponibles au moment de la réouverture des hôtels et restaurants’’ écrit la Dares.  

Des démissions plus élevées que les années précédentes

A noté également qu’en juillet 2021, 33.800 salariés ont démissionné de leur poste. Un chiffre relativement élevé comparé aux années précédentes. Pour le même mois en 2020, on comptait 21.200 démissions et 29.800 en 2019. Des chiffres également  élevés du côté des licenciements. 14.900 salariés étaient concernés par des licenciements pour abandon de poste en juillet 2021, ils étaient 10.300 en 2020 et un peu plus de 12.000 en 2019.

Autant de données qui viennent confirmer les alertes des acteurs du secteur sur la pénurie de main-d’oeuvre ces derniers mois. La ministre du Travail Elisabeth Borne, a appelé les employeurs à augmenter les salaires afin de renforcer l’attractivité des métiers. Emmanuel Macron a pour sa part annoncé ce lundi 27 septembre la défiscalisation des pourboires par carte bleue, pour donner un coup de pouce au pouvoir d’achat des employés de la restauration. Pas sûr que cela suffise à faire revenir en masse les candidats.

Partager cet article