Lhyfe veut devenir un acteur majeur de l’hydrogène vert

Mots-clefs : , , , , , , ,

Lhyfe veut profiter de cet engouement pour les énergies vertes afin de se lancer en Bourse. Ce projet d’appel au marché permettra à la start-up nantaise de s’imposer comme un leader européen indépendant sur le marché de l’hydrogène vert. La société espère rejoindre Haffner Energy, un autre acteur de la transition énergétique, introduit en Bourse en février dernier.

Après le spécialiste des circuits imprimés Icape, c’est au tour de Lhyfe d’annoncer son projet d’introduction en Bourse. Le producteur et fournisseur d’hydrogène vert renouvelable a annoncé cette semaine l’approbation de son document de référence par l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour une entrée sur Euronext Paris.

Créée en 2017 à Nantes, Lhyfe est un producteur et fournisseur d’hydrogène vert renouvelable pour la mobilité et l’industrie. Fabriqué à partir de l’électrolyse de l’eau, l’hydrogène vert est un pilier majeur de la transition énergétique. Il joue un rôle clé pour réduire les émissions de CO2 et ainsi accompagner la décarbonation de l’industrie et de la mobilité en venant se substituer à l’hydrogène gris carboné et aux énergies fossiles.

L’hydrogène vert produit par Lhyfe est issu d’unités de production locales et décentralisées, en connexion directe avec des parcs d’énergie renouvelable quand cela est possible. Il est vendu directement à l’utilisateur final, parmi lesquels des acteurs de la mobilité (agglomérations, transporteurs, plateformes de logistique, etc.) et des industriels de la chimie (production d’ammoniac et de méthanol), de l’acier ou du verre.

Une présence dans 10 pays

Le société est déjà présente dans 10 pays (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Finlande, Norvège, Espagne et Portugal). Elle a inauguré son premier site industriel de production d’hydrogène vert en septembre 2021.

Lhyfe dispose, à ce jour, d’un pipeline commercial composé de 93 projets, répartis dans 11 pays et dont la date de mise en production est comprise entre 2022 et 2028. Par ailleurs, le groupe est engagé depuis 2019 dans un programme de recherche qui devrait conduire à l’entrée en phase de test en conditions réelles du premier électrolyseur flottant au monde connecté à une éolienne flottante à la rentrée 2022.

La direction de Lhyfe ambitionne de “s’affirmer comme un acteur majeur de la décarbonation des secteurs de la mobilité lourde et de l’industrie et devenir un leader européen indépendant sur le marché de l’hydrogène vert”. A cet effet, la start-up nantaise développe “une stratégie fondée sur un déploiement rapide et massif de sites de production d’hydrogène vert onshore de manière à développer des unités qui pourront atteindre jusqu’à plusieurs centaines de MW au-delà de 2025.”

S’appuyant sur les 93 projets actuellement dans son pipeline commercial, représentant une capacité totale de production installée de plus de 4,8 GW (soit une production d’hydrogène vert de plus de 1.615 tonnes/jour), Lhyfe s’est fixé comme objectif de disposer d’une capacité installée totale de 55 MW d’ici 2024 à partir uniquement d’unités onshore.

Un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros espéré à horizon 2026

Lhyfe a pour objectif de déployer une capacité installée totale de 55 MW d’ici 2024 et de réaliser, pour l’exercice 2026, un chiffre d’affaires consolidé d’environ 200 millions d’euros avec un Ebitda groupe à l’équilibre, sur la base d’une capacité installée totale de 200 MW.

À l’horizon 2030, la société se fixe comme objectif de se positionner comme un acteur de référence dans le secteur de la production d’hydrogène vert et plus spécifiquement de disposer d’une capacité installée totale supérieure à 3 GW. A long terme, Lhyfe vise une marge d’Ebitda groupe supérieure à 30%.

Partager cet article