Statu quo pour la Fed, la Bourse de Paris monte légèrement de 0,24%

Mots-clefs : , , , , , ,

La Bourse de Paris a progressé de 0,24% vendredi, après un discours du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui n’a fait aucune annonce surprise concernant la réduction du soutien monétaire de l’institution à l’économie.

L’indice vedette CAC 40 a pris 15,89 points à 6.681,92 points. La veille, il avait fini en léger repli de 0,16%. Sur la semaine il a gagné 0,84%.

Le président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell n’a pas fait « d’annonce spécifique », lors de son discours à Jackson Hole, conférence annuelle des banques centrales, constate Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale chez Oddo Securities.

Il a déclaré que l’institution monétaire pourrait commencer cette année à réduire ses achats d’actifs, sans toutefois donner de calendrier précis, alors que cette information était particulièrement attendue des marchés financiers.

S’il s’est montré optimiste sur l’état de la reprise économique et « la poursuite des progrès vers le plein emploi », le patron de la Fed a néanmoins souligné que « le variant Delta présente un risque à court terme » et l’institution va « soigneusement évaluer les données (économiques) et l’évolution des risques » avant de normaliser sa politique monétaire.

Globalement, Jerome Powell a exprimé « un statu quo, il a réitéré les positions déjà exprimées en juillet », lors de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale, résume Mikaël Jacoby.

« Pas de surprise » non plus du côté des indicateurs du jour, selon l’analyste d’Oddo Securites : ils sont ressortis plutôt conformes aux attentes et n’ont pas suscité de réaction notoire sur les marchés financiers.

L’inflation a encore accéléré en juillet aux Etats-Unis et s’est établie à 4,2% sur un an, et à 0,4% sur un mois, comme attendu, selon l’indice PCE.

Les Américains ont par ailleurs vu leurs revenus bondir de 1,1%, bien plus qu’attendu, et leurs dépenses ont légèrement augmenté de 0,3%.

Légère ombre au tableau, la confiance des consommateurs pour août a plongé à son plus bas niveau en dix ans, selon l’estimation finale de l’Université du Michigan.

En France, le moral des ménages s’est légèrement détérioré en août, repassant pour la première fois depuis le mois de mai en dessous de sa moyenne de longue période, selon l’Insee.

Les matières premières en forme

La nette remontée des cours du pétrole depuis le début de la semaine, qui s’apprêtaient à boucler une semaine record pour 2021, portés par le regain d’optimisme sur la demande et les perturbations de l’offre dans le Golfe du Mexique, profitait aux titres du secteur. TotalEnergies a pris 1,18% à 37,75 euros et TechnipFMC 1,77% à 5,74 euros.

D’autres entreprises liées aux matières premières ont été en vue, comme ArcelorMittal, en tête du CAC 40, qui a gagné 2,80% à 29,41 euros ou Eramet, qui est monté de 2,57% à 69,75 euros

Engie devrait se séparer d’Endel

Le géant de l’énergie Engie a cédé 0,12% à 12,03 euros, alors qu’il est sur le point, selon les informations du Figaro, de vendre sa filiale Endel, spécialisée dans la maintenance industrielle, au groupe français Altrad.

« La reprise par Altrad a reçu le feu vert de l’Etat, actionnaire à 23,64% d’Engie, ainsi que celui d’EDF, principal client de l’activité nucléaire d’Endel », indique le journal.

Actualité économique sur moneyvox.fr

Partager cet article