Veolia menace les administrateurs de Suez de poursuites

Mots-clefs : , , , ,

Le groupe Veolia a prévenu dimanche qu’il engagerait des poursuites en justice contre les administrateurs de Suez qui autoriseraient la cession d’actifs stratégiques du groupe, réagissant à des informations évoquant des négociations en ce sens.

“Veolia annonce étudier toutes les voies de droit pour bloquer ces cessions et, si elles devaient avoir lieu, engager la responsabilité individuelle de ceux qui les auraient autorisées”, a indiqué dans une déclaration à l’AFP le groupe, engagé dans une OPA sur son rival. “Suez ne commente pas les rumeurs”, a déclaré de son côté ce dernier, alors que des informations circulent dans la presse financière sur le sort de ses actifs dans les déchets en Australie et en Grande-Bretagne. Ces annonces interviennent alors que l’australien Cleanaway Waste Management a fait savoir jeudi qu’il discutait avec Suez afin de lui racheter ses activités australiennes dans les déchets. Veolia indique également avoir appris par la presse que la vente d’un autre actif au Royaume-Uni, qu’il considère aussi comme stratégique, serait sur le point d’être conclue.

Responsabilité individuelle

Le numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets, devenu le premier actionnaire de Suez après le rachat d’un bloc de 29,9% détenu par Engie, estime que “si ces cessions devaient aboutir, alors toute discussion avec la direction de Suez serait de facto impossible”, précisant qu’il donnerait le cas échéant rendez-vous aux autres actionnaires lors de la prochaine assemblée générale de sa cible. Veolia a donc fait savoir qu’il comptait “étudier toutes les voies de droit pour bloquer ces cessions et, si elles devaient avoir lieu, engager la responsabilité individuelle de ceux qui les auraient autorisées”.

Le groupe a dans le même temps annoncé qu’il “organisera cette semaine une conférence de presse pour annoncer une proposition de nature à sortir de cette situation par le haut”. Le conseil d’administration de Suez a rejeté fin février l’offre de rachat portée par Veolia en pointant entre autres un prix qu’il juge insuffisant.

(Avec AFP)

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article