Altice (Numericable) : 7 milliards d’euros pour le rachat de Portugal Telecom, le fonds de pension Carlyle à l’assaut du secteur européen des télécoms

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , ,

Numericable étend sa toile en Europe , profitant de la faiblesse économique du pays pour racheter Portugal Telecom. Une opération qui n’est pas faite pour nous rassurer alors que rappelons-le Numericable est fortement lié au monde de la finance via le  fonds de pension Carlyle. Même si désormais l’affichage est plus discret, un habile montage financier masquant quelque peu la chose aux yeux d’un public non averti.
En tout état de cause, le groupe Altice, maison mère du câblo-opérateur français Numericable, vient en effet de présenter une offre ferme à l’opérateur de télécommunications brésilien Oi à 7,025 milliards d’euros pour le rachat de Portugal Telecom (PT). En cas d’acception, la maison mère de Numéricable verrait ainsi sa présence au Portugal renforcée, Altice ayant acheté en 2012le câblo-opérateur portugais Cabovisao et en 2013 Oni, société de télécommunications pour les entreprises.

Altice indique avoir soumis une offre ferme et intégralement financée pour racheter les actifs de Portugal Telecom auprès de Oi. La proposition comprend les activités hors d’Afrique et n’inclut pas la dette de Rioforte, société du groupe Espirito Santo aujourd’hui au bord de la faillite.

Le cas échéant, le rachat sera financé par endettement et par la trésorerie existante. Un accord signerait également la fin de l’opération de fusion en cours entre Portugal Telecom et Oi, qui avait pour but de créer un géant sur le marché lusophone des télécommunications. Ce que Numericable et les fonds de pension US pourraient voir en effet d’un mauvais œil.

Rappelons qu’en avril dernier, Portugal Telecom avait accordé un prêt de 897 millions d’euros à Rioforte, provoquant des tensions entre les deux opérateurs.

Oi avait alors exhorté son partenaire portugais à signer un nouvel accord de fusion, opération au terme delaquelle le groupe portugais devrait voir sa part dans la future entreprise réduite à 25,6% contre 38% prévu initialement.

Mais si l’on examine les choses concrètement, c’est en mai dernier que les actifs de Portugal Telecom ont déjà été absorbés par son partenaire brésilien, à l’occasion d’une augmentation de capital d’Oi. Les résultats de l’opérateur sont quant à eux consolidés dans les comptes de Oi depuis le deuxième trimestre 2014.

Portugal Telecom a dégagé en 2013 un bénéfice net en hausse de 46,6% à 331 millions d’euros, grâce à la cession de sa participation dans une société de Macao en Chine. Son chiffre d’affaires a diminué de 5,4% à 2,91 milliards d’euros, et l’excédent brut d’exploitation (EBITDA) du groupe a reculé de 9,9% à 1,16 milliard d’euros.

La guerre entre les fonds de pension anglo-saxons http://www.leblogfinance.com/2012/10/sfr-le-gouvernement-sinquiete-dactionnaire-peu-scrupuleux-comme-carlyle.html pour s’offrir les fleruons des téélcoms européens ne semble que débuter alors que Portugal Telecom est également convoité par le fonds d’investissement britannique Apax Partners.

Les opérateurs de télécommunications espagnol Telefonica et britannique Vodafone seraient également sur les rangs.

Dans un entretien au journal portugais Diario economico, et en vue d’amadouer gouvernement espagnol, politiques et salariés, le directeur général d’Altice Dexter Goei a quant à lui promis la création d’environ 4.000 postes de travail via la délocalisation au Portugal d’une partie des centres d’appel du groupe.
« Nous sommes prêts », avait-il déclaré, ajoutant que la proposition d’Altice était soutenue par la communauté financière internationale. Nous y voilà …

Elisabeth Studer –  www.leblogfinance.com – 03 novembre 2014


Le Blog Finance

Partager cet article