Analyse et Stratégie : SMCP : Luxe : le retour à la normale avant 2023, selon Jefferies

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Après deux mois de confinement, la vie reprend doucement ses droits dans les magasins français. Sous condition du respect des règles d’hygiène et de sécurité, ils ont pu relever le rideau lundi 11 mai. Si certaines enseignes, à l’image de Zara, ont connu des files d’attente dignes de la période pré-épidémie, d’autres attendent patiemment que les clients reviennent. Ainsi que les touristes, qui, du fait des avions cloués au sol, font cruellement défaut et pourraient être aux abonnés absents pendant encore de longues semaines. Les ravages dans l’industrie textile et du luxe seront énormes.

Selon Flavio Cereda, analyste de Jefferies, les revenus du secteur des biens de luxe personnels  pourraient être amputés de 22% à 23% cette année. Frappée de plein fouet par la crise sanitaire et la fermeture, d’abord en Asie, puis en Europe et aux Etats-Unis, des magasins non essentiels afin de lutter contre la propagation du Covid-19, l’industrie du luxe, qui est pression « comme jamais auparavant », pourrait connaître un manque à gagner de l’ordre de 70 milliards d’euros en 2020.

« Seule une inversion mineure est prévue pour l’année prochaine. La capacité à s’engager auprès des clients asiatiques restera le principal facteur de différenciation, le savoir-faire, les « poches pleines » et la chaleur des marques faisant la différence dans un secteur qui ne devrait pas retrouver les niveaux de 2019 avant 2023 au plus tôt », analyse Flavio Cereda, dans une note. « D’ici 2023, l’Asie représentera 68% des ventes de luxe, dont la majorité pourrait être constituée de dépenses intérieures. Le plus grand sujet de préoccupation est l’Europe, qui prendra beaucoup plus de temps pour se rétablir », poursuit-il, ajoutant que les touristes étrangers représentent généralement entre 35 et 55% des revenus des marques de luxe en Europe. En termes de valeurs, il réaffirme ses recommandations d’achat sur les titres Hugo Boss, SMCP et Moncler et conseille d’attendre des points d’entrée plus attractifs pour les les gagnants sectoriels LVMH et Kering.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article