Biographie jean de la fontaine

Mots-clefs : , ,

Ses débuts

Il existe peu d’informations concernant la jeunesse de La Fontaine. A l’âge de 20 ans, ce dernier quitte sa ville natale et entreprend des études de droit à Paris. Par la même occasion, il fera la connaissance de Pellisson et François Charpentier en rejoignant un cercle de poètes qui regroupe les jeunes poètes de la capitale : les chevaliers de la table ronde.

Ses études se terminent en 1649 lorsqu’il décroche son diplôme d’avocat et entre au Parlement de Paris.

Dès lors, il commence à se consacrer pleinement à l’écriture et retrouve certains de ses précédents amis comme Maucroix. Il se lance d’abord dans la poésie en publiant Adonis, un poème qui confortera son amitié avec Fouquet. Puis il se tourne vers le théâtre en écrivant Clymène en 1659.

L’Apogée littéraire (1664-1679)

Après que Fouquet fut disgracié par le roi Louis XIV, La Fontaine est contraint de s’exiler dans le Limousin du fait que le roi n’apprécie pas le soutient qu’il porte à Fouquet.

Mais il se réinstalle à Paris en 1664 où il rencontre Molière et Racine. Il commence d’abord par publier plusieurs contes et nouvelles en faveur de la duchesse de Bouillon. Son apogée démarre vraiment en 1668 lorsqu’il commence l’écriture de Fables comportant près de 12 mille vers et revendique « Se servir des animaux en vue d’instruire les hommes ».

Une arrivée à l’Académie

Ses Fables ont fait de lui le protégé de la duchesse de Bouillon, puis de la duchesse d’Orléans pendant près de 20 ans. A la mort de celle-ci, il connaît de gros problèmes financiers. Heureusement, il devient élu à l’Académie en 1684 où il avait déjà postulé 3 ans auparavant mais s’était vu refusé son entrée par le roi Louis XIV qui n’adhère pas à son style bien que les Académiciens avaient tous donnés leur accord pour dire qu’il valait mieux offrir le trône à La Fontaine plutôt qu’à Boileau.

A 62 ans, après une tentative échouée il accède donc à l’Académie et prend son rôle très à cœur, c’est pour lui un réel aboutissement. Il est tout de même contraint de renier certaines de ses œuvres pour conserver, chose qu’il fait dans l’unique but de conserver sa place. Il fréquente alors de nombreux salons d’écrivains, et malgré tout, il continuera sa critique des mœurs.

Une fin de vie périlleuse

Il tombe malade à l’âge de 71 ans, la mort de sa fidèle amie Mme de la Sablière en 1693 ne va faire qu’envenimer la situation. En effet, La Fontaine perd goût à l’ensemble de ses fonctions et perd également goût à la vie. Il se consacre uniquement à une chose : La religion. Il multiplie les lectures d’Evangiles et les rencontre avec les prêtres. L’un d’eux le convainc de se confesser et ira même jusqu’à renier ses écrits.

Ses problèmes de santé se dissipant peu à peu, il retourne effectuer quelques séances à l’Académie et publie l’ouvrage XII des Fables. Mais un soir de l’année 1695, La Fontaine est retrouvé mort des suites d’un malaise.


Actualités de Super doc

Partager cet article