Cacao : dopé par Ebola, le cours fléchit sous des prises de bénéfices

Mots-clefs : , , , , , ,

Comme quoi Ebola n’a pas que des conséquences négatives …
Après la flambée des cours du cacao observée ces deux dernières semaines, les marchés redoutant un éventuel développement du virus dans les pays producteurs de la fève brune, certains investisseurs et tout particulièrement ceux qui officient dans la catégorie spéculateurs auront concouru cette semaine à faire chuter les prix, cette tendance étant consécutive à leurs prises de bénéfices.

Le cours du cacao est ainsi tombée vendredi à Londres à 1990 livres sterling la tonne, chutant parallèlement à 3079 dollars la tonne à New York, au plus bas depuis respectivement trois et deux semaines.

Rappelons que les cours de la fève brune s’étaient envolés d’environ 10% durant les deux semaines précédentes, atteignant même à Londres leur plus haut niveau depuis mi-mars 2011, s’échangeant alors à 2187 GBP la tonne. Parallèlement les prix grimpaient à New York à un maximum inégalé depuis fin avril 2011 (à 3399 USD la tonne).

Le Liberia et la Guinée, particulièrement touchés par le virus sont tous deux des pays frontaliers de la Côte d’Ivoire, laquelle est le premier producteur mondial de cacao, représentant 40% de l’offre mondiale. Le Liberia pourrait lui-même se refaire une place au soleil  sur le marché du cacao, à moins que le virus l’Ebola ne freine son expansion.

En dehors de ces deux contrées, l’Afrique de l’Ouest – durement impactée par le phénomène Ebola – compte d’autres importants producteurs de cacao (tel le Ghana, numéro deux mondial). Au final, la région représente près de 72% de la production mondiale de fève brune.
Les marchés redoutent d’au plus que le virus ne se développe que le secteur est très fragmenté, mêlant parcelles de faibles superficies à des achats très morcelés. En cas de déclenchement de l’épidémie dans cette zone, tous les achats devraient être suspendus.

La suppression de 60% de l’offre mondiale de cacao au début de la saison, laquelle débute en octobre, pourrait engendrer une augmentation spectaculaire des prix, préviennent désormais les experts. Et ce d’autant plus que les cours sont soutenus par des estimations d’une récolte d’une moindre qualité pour la saison 2014/15.

Au final, sur le Liffe de Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1995 livres sterling vendredi à la cloture, contre 2123 livres sterling le vendredi précédent en fin de journée. Sur le ICE Futures US de New York, la tonne pour livraison en décembre valait 3101 dollars, contre 3356 dollars en fin de semaine dernière.

Sources : AFP, Liffe

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 05 octobre 2014

A lire également :

Le cours du cacao boosté par Ebola, aux portes de la Côte d’Ivoire, 1er producteur mondial

. Cacao : le cours pourrait atteindre des niveaux vertigineux en cas de propagation d’Ebola en Côte d’Ivoire


Le Blog Finance

Partager cet article