Espagne : Moody’s réclame plus d’impôts

Mots-clefs : , , ,

Toujours plus … tel semble être le maître mot des agences de notation, enfonçant un clou déjà planté par la troïka européenne.

Alors que la plupart des Espagnols doivent faire face à une situation particulièrement exsangue, Moody’s a critiqué jeudi la réforme fiscale dévoilée il y a quelques jours par Madrid. Selon la célèbre agence de notation US, les nouvelles mesures envisagées manquent d’ambitions. Moody’s estime même que le gouvernement espagnol accroît le risque de ne pas pouvoir atteindre son objectif de déficit public pour 2015 et 2016.

« Les changements fiscaux ne suivent pas les ambitions initiales d’une réforme fiscale plus large, telle que l’avait recommandée la commission d’experts du gouvernement lui-même », déclare ainsi Moody’s dans un communiqué.

Rappelons que la réforme, approuvée la semaine dernière en Conseil des ministres, prévoit une baisse des impôts sur le revenu et sur les sociétés à partir de 2015, sans toutefois inclure de hausse de la TVA, contrairement aux préconisations du Fonds monétaire international et de l’Union européenne.

Constant que « l’Espagne lève moins d’impôts, par comparaison avec les autres pays de la zone euro », Moody’s considère  la réforme espagnole comme insuffisante. Pire encore : elle estime que de telles décisions auront  » un impact négatif sur la qualité d’emprunteur » du pays. Allant même jusqu’à brandir la « menace » d’une rétrogradation de sa note souveraine, laquelle est actuellement à Baa2 avec perspective positive.

Cette réforme « est cohérente avec l’objectif de réduction du déficit public », a quant à lui assuré lundi le ministre du Budget Cristobal Montoro.

Rappelons que Madrid table sur un déficit de 5,5% du PIB pour cette année, puis de 4,2% en 2015, comptant repasser sous la barre des 3% en 2016.

Sources : AFP, Moody’s

Elisabeth Studer – 29 juin 2014 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article