La Bourse de Paris attendue en hausse après Noël

Mots-clefs : , , , , ,

La Bourse de Paris était attendue en hausse après la trêve de Noël, confortée par un nouveau message positif sur une signature prochaine d’un accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine.

Le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 0,41% une trentaine de minutes avant l’ouverture de la séance. Mardi, l’indice avait fini sur un plus haut en clôture à 6.029,55 points, un niveau non égalé depuis 12 ans. La place parisienne était restée fermée mercredi et jeudi.

De son côté, Wall Street a battu une nouvelle fois un record jeudi, poursuivant sa tendance haussière de la fin d’année, le Nasdaq ayant même dépassé pour la première fois le seuil symbolique des 9.000 points.

« Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin, après de nouvelles informations en provenance de Pékin, cette fois-ci, concernant les relations commerciales sino-américaines », affirment les experts de Mirabaud Securities Genève (MSG).

« Un porte-parole du ministre chinois de l’Agriculture a en effet affirmé que +la Chine était toute proche de signer la Phase 1 avec les États-Unis +. Rien de véritablement nouveau, mais cela pousse les investisseurs à ne surtout pas rester vendeurs en cette fin d’année », précisent-ils.

Les deux puissances mondiales sont convenues en décembre d’une trêve dans leur surenchère de taxes douanières, en attendant la signature d’un accord préliminaire, qui pourrait être signé dès le mois de janvier.

Mais la phase 2, qui reste à négocier, s’annonce particulièrement délicate car elle concerne les transferts de technologie.

« La question que se posent maintenant tous les investisseurs est de savoir si après une année d’une telle intensité, il est possible que la progression se poursuive en 2020 », estiment les experts de MSG.

Le rythme de croissance mondial l’an prochain dépendra en grande partie du bras de fer commercial engagé par le président américain Donald Trump avec la Chine.

Côté statistiques, les acteurs du marché attendent les chiffres de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) et le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis tandis que les prix du pétrole sont montés jeudi à leur plus haut niveau depuis mi-septembre.

Au Japon, l’économie montrait des signes de faiblesse : la production industrielle a encore reculé en novembre (-0,9% sur un mois), après déjà une forte baisse en octobre, en raison notamment de la faiblesse persistante des exportations du pays.

Concernant le Brexit, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est dite « très inquiète » de la faisabilité de négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne d’ici à la fin 2020, dans un entretien publié vendredi.

VALEUR A SUIVRE

Renault : Jun Seki, le numéro trois du constructeur automobile japonais Nissan, allié à Renault, va prochainement démissionner.

ADP : le turc TAV Airports, contrôlé par Aéroports de Paris, sera dédommagé par l’Etat turc de 389 millions d’euros pour la fin, depuis avril, des vols commerciaux sur l’aéroport qu’il exploitait à Istanbul.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article