Marchés américains : Wall Street clôture en légère hausse, parie sur la reprise

Mots-clefs : , , , , , , , ,

NEW YORK, 23 décembre (Reuters) – Le S&P 500 a clôturé mercredi en hausse à deux jours de Noël, Wall Street saluant la baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage et ignorant la menace du président américain de ne pas signer un plan de relance.

L’indice Dow Jones a gagné 0,38% à 30 129,83 points, le S&P-500, plus large, a pris 0,07%, à 3 690,01 points alors que le Nasdaq Composite terminait en repli(-0,29%) à 12 771,11 points.

Les valeurs cycliques, très pénalisées par les mesures de confinement et qui devraient le plus bénéficier d’une amélioration de la conjoncture, ont enregistré les plus fortes progressions.

“C’est un signe très positif de constater une rotation en faveur des secteurs malmenés”, a déclaré Matthew Keator, associé chez Keator Group, une société de gestion de Lenox (Massachusetts). “Tout ceci montre l’importance de la valorisation et de la diversification.”

“C’est également un signe d’espoir”, a ajouté Matthew Keator. “Lorsque vous voyez le pétrole ainsi que le secteur des voyages et du tourisme se redresser, cela montre que le marché regarde vers l’avenir (..)”.

Les investisseurs aux Etats-Unis, comme en Europe, n’ont ainsi pas prêté beaucoup d’attention à la dernière intervention de Donald Trump qui a jugé “honteux” le plan de soutien économique trouvé au Congrès, qualifiant les aides prévues aux particuliers de “ridiculement basses”.

La perspective d’un accord sur les modalités de l’après-Brexit entre l’Union européenne et le Royaume-Uni ont également contribué à rassurer les investisseurs.

La publication avant l’ouverture des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, meilleures que prévu, a soutenu la cote.

Le nombre des inscriptions hebdomadaires au chômage a diminué à 803.000, un chiffre qui reste élevé mais le consensus Reuters le donnait à 885.000 après 892.000 (révisé) la semaine précédente. (Full Story)

Aux valeurs, Pfizer clôture en hausse de près de 2% après avoir annoncé qu’il allait fournir aux autorités américaines 100 millions de doses supplémentaires de son vaccin contre le COVID-19 d’ici à juillet prochain.

(Stephen Culp, version française Jean-Michel Bélot)

Investir – Toute l'info des marchés – Les Echos Bourse

Partager cet article