Obamacare : Paul Ryan affirme que Donald Trump ne donnera pas d’oxygène

Mots-clefs : , , , , , , ,

Un peu d’oxygène pour l’Obamacare ? Alors que Donald Trump a déclaré le week-end dernier, dans un entretien accordé à la chaîne – conservatrice – Fox News qu’il faudrait peut-être attendre l’an prochain pour remplacer l’Affordable Care Act, qui a permis, rappelons-le,  à 20 millions d’Américains d’accéder à une couverture santé, mardi, le président – républicain – de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a affirmé que la loi visant à remplacer l’Obamacare serait achevée cette année. Tentant ainsi de dissiper les rumeurs laissant entendre que le Parti républicain revenait à l’heure actuelle sur sa promesse de démanteler au plus vite l’une des réformes emblématiques de la présidence de l’administration Obama.

Pour rappel, le mois dernier, les républicains ont voté le principe d’un démantèlement de la loi sur l’assurance maladie d’Obama, sans parvenir toutefois à arrêter une stratégie.

Des manifestations contre la suppression de l’Obamacare se sont tenues parallèlement aux discussions du parti de Donald Trump dans des circonscriptions d’élus du Grand Old Party (GOP).

Lors d’une récente réunion, des dirigeants républicains ont dit espérer que le Congrès parviendrait à légiférer sur le démantèlement de la loi en mars ou avril 2017, dans le cadre d’une procédure dite de réconciliation budgétaire.

Certains républicains, comme Tom McClintock, estiment néanmoins que procéder de cette manière rendra le déconstruction de l’Obamacare « plus longue et plus difficile » et « perturbera encore davantage un marché des soins médicaux déjà incertain ».

Le plan des républicains présenté par le président de la Chambre des représentants, consiste à supprimer l’obligation d’assurance, au nom de la liberté de choix, à supprimer les conditions de revenus pour les aides –  le montant de ces dernières devant être revu à la baisse –  et à regrouper les patients « à risque » dans des groupes d’assurance subventionnés par les Etats, l’objectif étant de désengager l’Etat fédéral.

La possibilité pour les enfants de rester sur l’assurance de leurs parents jusqu’à 26 ans – un aspect de l’Obamacare particulièrement populaire – ne devrait toutefois pas être remise en cause par les républicains. Lesquels ont promis jusqu’à présent l’abrogation d’Obamacare et le vote rapide d’une loi de substitution, ceci afin d’éviter toute absence de couverture et rassurer le secteur des assurances. Reste que si Donald Trump a d’ores et déjà émis le souhait que les différentes opérations soient « simultanées », cela est pratiquement irréalisable dans les faits.

Sources : Reuters, AFP, Fox News

Elisabeth Studer – 8 février 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Trump : le 1er décret pour contrer l’Obamacare

Obamacare : Trump infléchit sa position

Le Blog Finance

Partager cet article