Poursuite de la baisse des taux de crédit aux ménages en 2013

Mots-clefs : , , , , ,

Les taux des crédits à la consommation et immobiliers ont continué de baisser en janvier 2013 selon les statistiques de la Banque de France. A 4,48%, ils ont baissé de 0,61 point en une année.

Sur leur lancée de 2012, les taux de crédit accordés aux particuliers ont une nouvelle fois légèrement fléchi en janvier 2013. Crédits à la consommation et à l’habitat confondus, les taux d’intérêt moyens demandés aux ménages emprunteurs se limitent à 4,48%, contre 4,51% un mois plus tôt. Sur une année, le recul est sensible puisque les taux affichés en janvier 2012 atteignaient en moyenne 5,09%.

Plus grosse évolution de janvier, les taux des découverts et crédits renouvelables reculent à 7,76%, contre 7,95% en décembre 2012 et 9% en janvier 2012. Dans le même temps, les taux des prêts personnels et autres crédits échéancés à la consommation ont repris 0,10%, à 6,17% alors qu’ils émergeaient à 6,59% en janvier 2012.

Enfin, les taux crédits immobiliers à taux fixe atteignent un nouveau point bas, à 3,37%, contre 4,02%. Selon l’Observatoire du financement des marchés résidentiels CSA/Crédit Logement, ce taux moyen aurait encore reculé en février 2013 même si le mouvement de baisse des taux de crédits à l’habitat pourrait toucher à sa fin en mars 2013.

Production en léger sursaut

Alors que l’Association des sociétés financières (ASF) pointe un nouveau coup d’arrêt du crédit à la consommation en 2012, l’exercice 2013 commence sous de meilleurs auspices. Le total des crédits accordés aux ménages et aux entrepreneurs (hors crédits renouvelables) en janvier augmente de 3,8 à 4,1 milliards d’euros. L’an passé, la production de crédit à la consommation a reculé de 4,9% à 35,8 milliards d’euros.

Le total des crédits immobiliers accordés aux ménages remonte plus fortement, de 8,1 à 10,2 milliards d’euros. En 2012, en dépit de taux historiquement bas, la production de crédits à l’habitat avait plongé de 33,1%.

Partager cet article