Rafale : le Brésil pourrait écarter Dassault pour cause d’addition trop salée

Mots-clefs : , , , , , , ,

Nouvelle déconvenue pour le Rafale ? Alors que Dassault éprouve toutes les peines du monde pour tenter de remporter un contrat à l’international, notamment en Suisse et en Inde, c’est au tour du Brésil d’être tenté de faire faux bond à la France.

En effet, selon la presse brésilienne, le Brésil aurait écarté l’appareil conçu par Dassault en faveur des avions proposés par les Etats-Unis et la Suède. Le gouvernement brésilien estimerait trop onéreux le prix demandé par la partie française pour l’acquisition de 36 avions de chasse.

« La France n’emportera pas un contrat d’avions de chasse de plusieurs milliards de dollars avec le Brésil, car son offre est trop chère », a ainsi laissé entendre samedi le quotidien brésilien Folha de São Paulo. Ajoutant que la somme de 4 milliards de dollars (2,9 milliards d’euros) avancée par Dassault était jugée trop élevée.

Rappelons que l’avion de combat français est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l’Américain Boeing et le Gripen NG du Suédois Saab en réponse à l’appel d’offres de 36 avions de chasse, émis dans le cadre du programme aéronautique brésilien FX-2.

Des informations de la presse locale communiquées alors que le président français François Hollande a rencontré jeudi son homologue Dilma Rousseff à Brasilia, affichant à cette occasion sa volonté de conforter le partage de savoir-faire technologiques.

Précisons que l’appareil français était placé parmi les favoris, Nicolas Sarkozy ayant même pu considérer la vente comme acquise en 2009 … …. avant que le gouvernement de la présidente Dilma Rousseff ne reporte sa décision suite aux coupes budgétaires mises en oeuvre pour 2011.

En septembre de la même année, la dirigeante brésilienne avait indiqué à Nicolas Sarkozy en marge de l’assemblée générale des Nations Unies à New York que le Brésil n’était  »pas en mesure de s’engager  sur l’achat d’avions de guerre » . « Si choix il devait y avoir, il se ferait en faveur du Rafale », s’était toutefois alors engagée la présidente. Dassault Aviation affirmant parallèlement être prêt à faire d’importantes concessions, le constructeur ayant déclaré qu’il était prêt à « transférer 100% de l’ensemble des technologies civiles et militaires du Rafale au Brésil » en cas de victoire finale.

La récente annonce faite par le Brésil du retrait des avions Mirage 2000 à la fin de l’année 2013 a permis une nouvelle fois à la France d’espérer une proche conclusion, le dossier n’a pas été abordé – du moins publiquement – lors de la visite de François Hollande.

Alors que les élections générales de 2014 approchent à grands pas au Brésil, Dilma Roussef pourrait être tentée d’éviter de conclure un contrat dont le coût élevé pourrait lui être reproché par ses adversaires. Ces derniers critiquant d’ores et déjà son gouvernement en raison des sommes importantes engagées par le pays pour le Mondial de football, dont le coût est estimé à huit milliards d’euros.

Sources : Presse brésilienne, AFP

Elisabeth Studer – 15 décembre 2013 – www.leblogfinance.com

A lire également :

. Dassault : la Suisse sur le point d’avaliser l’achat du Gripen au détriment du Rafale

. Inde : maintien en service des MiG-21 au détriment du rafale de Dassault


Le Blog Finance

Partager cet article