Wall Street progresse après les chiffres de l’emploi

Mots-clefs : , , , ,

Les futures sur le Dow progressaient légèrement pendant toute la nuit et toute la matinée et ce jusqu’à l’annonce des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis en novembre. Entre 14h29 et 14h30 lorsque les Non-Farm Payrolls ont été publiés les contrats à terme ont bondi de 98 points. Entre 14h30 et 14h31 les futures ont été très volatiles, évoluant dans un range de 229 points. Ensuite et ce jusqu’à l’ouverture du marché américain ils se consolidaient proches du seuil de 15 900 points. Les indices, eux, fléchissaient au début de cotation. Mais après avoir atteint 15 913 points vers 16h45, le Dow et les autres indices ont commencé à rebondir. Entre 20h et 21h30 les indices ont légèrement fléchi, se redressant pendant les trente dernières minutes de cotation. Au final, le Dow Jones a terminé en hausse de 198,69 points ou 1,26% à 16 020,20 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent Intel (+2,31%), Procter&Gamble (+2,21%) et Boeing (+1,85%). Il n’y avait aucune baisse au sein de l’indice. 

Le S&P500 a bondi de 20,06 points ou 1,12% à 1 805,09 points. Le Nasdaq a progressé de 29,36 points ou 0,73% à 4 062,52 points. Le Russell 2 000 a grimpé de 0,79%.

Ce vendredi les indices ont progressé, tirés vers le haut par les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis en novembre et par l’indice du sentiment des consommateurs américains. Ces statistiques sont ressorties au-dessus des attentes, mais contrairement à jeudi et mercredi les investisseurs ont bien accueilli ces bonnes nouvelles. D’après Jim Russell, le stratégiste senior de US Bank Wealth Management, cité par Bloomberg, «le marché devient de plus en plus à l’aise avec le scénario de la réduction de QE qui va en parallèle avec l’économie américaine de plus en plus forte». La performance des indices ce vendredi montre bien que Russell a raison. En effet, tous les secteurs ont progressé. Les obligations d’état américain, qui font partie des actifs rachetés par la Réserve Fédérale dans le cadre de l’assouplissement quantitatif, sont restées relativement stables. Les investisseurs trouvent que malgré l’actualité macroéconomique bien positive aux Etats-Unis, la Réserve Fédérale n’annoncera pas le ralentissement du rythme de rachat d’actifs en décembre car le timing (avant Noël) sera plutôt mal choisi. Par ailleurs, les opérateurs sont de moins en moins préoccupés par l’effet négatif de la réduction de QE car la reprise de l’économie américaine se renforce.

Les statistiques du jour

D’après le Département américain du Travail, 203 000 postes non-agricoles ont été créés en novembre 2013 aux Etats-Unis alors que les analystes anticipaient 180 000 créations d’emplois après 200 000 en octobre (chiffre révisé à la hausse). Ainsi, le taux de chômage est ressorti à 7% contre le consensus de 7,2% et après 7,3% en octobre. Le secteur privé a ajouté 196 000 emplois le mois dernier contre les attentes de 173 000 et après 214 000 le mois précédent.

Selon le département américain du commerce, les revenus des ménages américains ont reculé de 0,1% en octobre par rapport au mois précédent alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,3% après +0,5% en septembre. Les dépenses personnelles, elles, ont augmenté de 0,3%, en ligne avec les attentes, après une croissance de 0,2% en septembre.

L’indice du sentiment des consommateurs américains mesure par l’Université de Michigan et Reuters est ressorti à 82,5 points pour le mois de décembre tandis que les analystes prévoyaient seulement 75 points après 75,1 points en novembre. Il s’agit bien des résultats préliminaires.

Selon la Réserve Fédérale, l’encours des crédits à la consommation a augmenté de 7,1% ou de $ 18,19 milliards en octobre à $ 3 075,9 milliards en données CVS, alors que les analystes misaient sur une hausse de $ 14,8 milliards. Les crédits renouvelables ont augmenté de $ 4,33 milliards ou de 6,1% entre septembre et octobre. Les crédits non renouvelables ont crû de $ 13,85 milliards, soit une hausse de 7,5% par rapport à septembre.

L’actualité des entreprises

Intel a progressé de 2,31% ce vendredi et a été le plus grand gagnant du Dow Jones car Citigroup a amélioré sa recommandation sur le titre, conseillant désormais de l’acheter.

Chevron a bondi de 0,98% aujourd’hui. Pourtant, le géant pétrolier fait face aux nouveaux délais concernant son projet gazier en Chine de $ 6,4 milliards à cause des désaccords avec son partenaire PetroChina. Selon des sources industrielles citées par l’agence Reuters, le projet Chuandongbei, plus important investissement chinois de Chevron, ne devrait donc pas délivrer de gaz avant le deuxième semestre 2014, sept ans après la conclusion d’un accord avec PetroChina.

Sears Holdings a reculé de 3,78% ce vendredi. Le retailer a confirmé ses plans de scission des activités de Lands’ End, d’après le communiqué à la Securities and Exchange Commission.

American Eagle Outfitters a chuté de 9,45% aujourd’hui suite à l’annonce de ses résultats trimestriels. Le bénéfice ajusté par action du retailer est ressorti à $ 0,19, en ligne avec les attentes, après $ 0,41 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires a fléchi de 6% en glissement annuel à $ 857 millions alors que les analystes tablaient sur $ 845 millions. Pour le trimestre en cours, période cruciale des fêtes de fin d’année, le groupe prévoit le BPA compris entre $ 0,26 et $ 0,30 contre le consensus de $ 0,39. Les ventes à magasins comparables sont attendues en baisse d’environ 5% au cours du quatrième trimestre.

Finisar a grimpé de 0,27% ce vendredi après la publication de ses résultats trimestriels. Le bénéfice ajusté par action du fabricant d’équipement fibre optique s’est établi à $ 0,43 contre les anticipations de $ 0,39 et après $ 0,25 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires s’est envolé de 25% en glissement annuel à $ 290,7 millions alors que les analystes l’estimaient à $ 285 millions. Pour le trimestre en cours le groupe prévoit que son BPA sera compris entre $ 0,43 et $ 0,47 contre le consensus de $ 0,38 avec les ventes allant de $ 290 à $ 305 millions.

Marathon Petroleum a avancé de 4% aujourd’hui car Barclays PLC a amélioré sa recommandation sur le titre de la compagnie pétrolière, conseillant désormais de le sur-pondérer dans le portefeuille avec un objectif de cours relevé de $ 105 à $ 115.

Boston Scientific a grimpé de 4,5% ce vendredi car Cowen&Co a amélioré sa vision sur le titre du fabricant d’équipements médicaux, le trouvant désormais sur-performant avec un objectif de cours rehaussé de $ 13 à $ 14.

Gap Inc a reculé de 1,94% aujourd’hui car Jefferies a dégradé sa recommandation sur le titre du retailer, conseillant désormais de le conserver avec un objectif de cours abaissé de $ 51 à $ 41.

Lundi

Aucune statistique majeure n’est prévue.


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article