Wall Street termine en équilibre après les chiffres de l’emploi

Mots-clefs : , , , , ,

Les futures sur le Dow évoluaient entre 15 635 et 15 610 points pendant toute la nuit et toute la matinée et ce jusqu’à 14h30. A ce moment-là les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis au mois de juillet ont été publiés. Les contrats à terme ont commencé à reculer immédiatement après l’annonce. Les indices, eux, fluctuaient sans direction réelle pendant la première heure de cotation, s’orientant à la hausse par la suite. Ils rebondissaient pendant le reste de la séance après l’ouverture par un gap baissier. Au final, le Dow Jones a terminé en hausse de 30,34 points ou 0,19% à 15 658,36 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent Hewlett-Packard (+2,94%), DuPont (+2,51%) et Home Depot (+2,02%). Les plus grands perdants ont été Chevron (-1,18%), UnitedHealth (-1,23%) et ExxonMobil (-0,84%).

Le S&P500 a bondi de 2,80 points ou 0,16% à 1 709,67 points. Le Nasdaq a progressé de 13,84 points ou 0,38% à 3 points. Le Russell 2 000 a gagné 0,01%.

Ce vendredi les indices ont terminé proches de l’équilibre suite à l’annonce des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis au mois de juillet. La réaction des investisseurs a été mixte à cette publication. En effet, certains opérateurs ont été déçus par le nombre de création d’emplois aux Etats-Unis le mois dernier car il est ressorti au-dessous des attentes. Mais d’autres ont été plutôt soulagés car même si le taux de chômage est descendu à 7,4%, les créations d’emplois ont été relativement faibles, suggérant que la Réserve Fédérale ne ralentira pas considérablement le rythme de rachat d’actifs le mois prochain. Dans ce contexte le dollar s’est affaibli par rapport à l’euro. Les secteurs ont terminé en ordre dispersé avec les performances médiocres. En effet, aucun secteur n’a affiché une hausse/baisse supérieure à 1%. Les opérateurs ont été hésitants ce vendredi, à en juger par le nombre d’actions en baisse (49%) et celui d’actions en hausse (49%) à NYSE. Les obligations d’état américain, elles, ont bien progressé aujourd’hui, le taux obligataire à dix ans se situant à 2,601%.

Malgré la prudence des investisseurs, la dernière heure de cotation s’est avérée bien haussière, soulignant la force de la pression acheteuse surtout à l’approche de week-end.

L’actualité macroéconomique

D’après le Département américain au travail, les créations de postes non-agricoles aux Etats-Unis au mois de juillet 2013 sont ressorties à 162 000 alors que les analystes tablaient sur 180 000 après 188 000 en juin (195 000 initialement estimé) et 176 000 en mai (195 000 initialement estimé). Le taux de chômage a reculé à 7,4% contre les attentes de 7,5% et après 7,6% en juin. Désormais le taux de chômage se situe au plus bas depuis la fin de l’année 2008.

D’après le Département américain du Commerce, les revenus personnels des ménages américains au mois de juin ont augmenté de 0,3% par rapport au mois précédent alors que les analystes anticipaient une hausse de 0,4%. Les dépenses personnelles ont crû de 0,5% contre le consensus de +0,4%. L’indice de prix core PCE rattaché aux dépenses a grimpé de 0,2% (+1,2% sur un an), contre +0,1% de consensus.

D’après le Département américain du Commerce, les commandes industrielles aux États-Unis au mois de juin 2013 ont progressé de 1,5% par rapport au mois précédent alors que les analystes tablaient sur une hausse de 2,3% après +3% en mai (+2,1% initialement annoncé).

Les entreprises à la loupe

LinkedIn s’est envolé de 10,6% ce vendredi après avoir dévoilé ses résultats trimestriels jeudi soir après la clôture du marché américain. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels du réseau social professionnel est ressorti à $ 0,38 contre le consensus de $ 0,31. Son chiffre d’affaires a atteint $ 364 millions alors que les analystes tablaient sur $ 354 millions.

Kraft Foods a bondi de 0,63% aujourd’hui après avoir fait état de ses résultats trimestriels jeudi soir après la fin de cotation. Son bénéfice par action hors éléments exceptionnels s’est établi à $ 0,76 contre les attentes de $ 0,66. Son chiffre d’affaires a été de $ 4,74 milliards tandis que les analystes misaient sur $ 4,81 milliards. Pour toute l’année le groupe anticipe que son BPA sera de l’ordre de $ 3,40 contre le consensus de $ 2,78.

AIG a progressé de 2,63% ce vendredi après avoir présenté ses résultats du deuxième trimestre ce soir après la clôture du marché. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels de l’assureur américain s’est élevé à $ 1,12 contre les anticipations de $ 0,85. Son chiffre d’affaires a atteint $ 8,35 milliards alors que le marché s’attendait à $ 8,62 milliards.

Chevron s’est replié de 1,18% aujourd’hui après l’annonce de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action du géant pétrolier est ressorti à $ 2,77 contre le consensus de $ 2,96 après $ 3,66 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires a reculé de 8,3% en glissement annuel à $ 55 milliards alors que les analystes misaient sur $ 56,01 milliards.

Marathon Petroleum (-4,21%) a terminé dans le rouge ce vendredi suite à la présentation de ses résultats trimestriels. Le bénéfice ajusté par action de la compagnie pétrolière s’est établi à $ 1,95 contre les attentes de $ 1,91 après $ 2,53 il y a un an. Son chiffre d’affaires a grimpé de 26,9% en glissement annuel à $ 25,7 milliards alors que les analystes prévoyaient $ 24,6 milliards.

Southwestern Energy a reculé de 3,13% aujourd’hui après avoir fait état de ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels de la compagnie énergétique s’est élevé à $ 0,54 contre les anticipations de $ 0,52 après $ 0,27 un an plus tôt. Son chiffre d’affaires s’est envolé de 42% en glissement annuel à $ 862 millions alors que les analystes l’estimaient à $ 781 millions.

Broadcom a fléchi de 2,68% ce vendredi car UBS a dégradé sa recommandation sur le titre, ne conseillant plus de l’acheter avec un objectif de cours abaissé de $ 35 à $ 30.

Dell (+5,6%) a terminé en forte hausse ce vendredi. Michael Dell et Silver Lake ont trouvé un accord avec le comité spécial de Dell, dans le cadre duquel ils augmenteront leur prix d’acquisition à $ 13,75 par action . Par ailleurs, le groupe versera un dividende exceptionnel de $ 0,13 par action. L’assemblée extraordinaire qui devait statuer aujourd’hui sur l’offre de rachat antérieure est ajournée au 12 septembre.

PulteGroup a avancé de 2,93% aujourd’hui. D’après le dernier sondage effectué par le promoteur immobilier, 43% des acheteurs de logements haut de gramme ont indiqué qu’ils envisageaient d’acquérir une nouvelle maison au cours de cinq prochaines années. Par ailleurs, 76% ont déclaré croire qu’ils pourront vendre leur maison actuelle au cours de deux prochaines années au prix qui leur permettrait d’acheter une nouvelle. Dans le cadre de ce sondage les adultes qui possédaient la maison pendant au mois deux ans, avec les enfants de moins de 18 ans et le revenu moyen annuel de $ 50 000 ont été interrogés.

Lundi

16h : ISM des services


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article